La tirade du nez…rouge !

Voilà, nous y sommes : chacune des 7 semaines qui nous séparaient de l’Eco-Trail il y a encore peu a été l’occasion de rappeler qu’il ne suffira pas de pointer le bout de son nez à la Tour Eiffel, samedi prochain, il faudra encore le montrer ostensiblement. Tenez, pour ce dernier post, laissez-moi vous proposer ce que nous dirait Cyrano dans une telle situation. Morceaux choisis :
« On pourrait dire… oh ! Dieu ! … bien des choses en somme…
En variant le ton, —par exemple, tenez :

Sportif : « moi, monsieur, avec un tel nez,
mes adversaires s’écartent pour que je passe ! »

Amical : « mais il doit tremper dans votre tasse à chaque ravito :
pour boire, choisissez plutôt une poche à eau !»

Descriptif : « L’Eco-trail, c’est un roc ? … un pic ?… un cap ?
Que dis-je, c’est un cap ? … non ! c’est une ballade ! »

Curieux : « de quoi sert donc cette ronde capsule ?
De farce, monsieur, ou de soutien aux enfants des hôpitaux ? »

Gracieux : « aimez-vous à ce point les enfants,
que solidairement vous vous préoccupâtes
de porter ce rouge ostensiblement ? »

Truculent : « ça, monsieur, lorsque vous accélérez,
la vapeur du corps vous sort-elle du nez
sans qu’un coureur ne crie au feu de cheminée ? »

Prévenant : « assurez-vous d’être bien entraîné,
que ce poids, ne colle vos pieds sur le sol ! »

Tendre : « avec votre casquette, offrez-lui un petit parassol
de peur que sa rougeur au soleil ne s’envole ! »

Cavalier : « quoi, l’ami, ce matos est à la mode ?
Pour pendre le départ, c’est vraiment très commode ! »

Emphatique : « aucun vent ne peut, même magistral,
t’enrhumer sur le sentier, excepté le mistral ! »

Admiratif : « courir avec un nez rouge, quel audace ! »

Naïf : « et le monument à l’arrivée, quand le visite-t-on ? »

Respectueux : « souffrez, coureurs, qu’on vous salue,
avec ce nez, vous aurez pignon sur rue ! »

Campagnard : « hé, ardé ! C’est-y le nez de Yin-Yin ?

Militaire : « pointez celui de Lamiricore ! »

Pratique : « à l’arrivée, voulez-vous les mettre en loterie ?
Pour les enfants, assurément, ce serait le gros lot ! »

Voilà en somme, ce que Cyrano aurait pu dire. Quant à moi, je vous souhaite bon courage à toutes et à tous pour samedi prochain.