L’intérêt de l’entraînement intermittent se confirme

Véronique Billat a déjà publié un travail très utile et innovant sur le rôle du fractionné court versus la classique séance de 1000m. Ses conclusions démontraient chez des athlètes bien entraînés l’intérêt du travail par intervalles courts sur le développement de la capacité anaérobie.

Le Pr Guy Thibault, Ph. D au Ministère de l’éducation physique à Québec a également publié un travail qui conforte l’utilité et l’efficacité de l’intervalle court – Sylvie Charley nous permet d’en découvrir les conclusions sur son site.

Cela nous ramène aux séances de type 30/30 ou 15/45 dont j’ai déjà évoqué les mérites.

En pratique, le travail intermittent peut se réaliser par exemple sous la forme de fractions de 10mn alternants 15s vite – 45s lent ou 30s vite – 30s lent. Les fractions peuvent être répétées de 2 à 3 fois selon le niveau d’entraînement du coureur, avec des récupérations entre chaque période de fractions de 5 (coureurs confirmés) à 10 (coureurs occasionnels).

J’ai testé ces deux formats et cela passe très bien. Je réalise en général ces séances le matin tôt, en ville ou sur les bords de Marne afin d’éviter la circulation.

Publicités

3 commentaires

  1. […] les plus consultés Le Mythique 30/30sL’intérêt de l’entraînement intermittent se confirmeNicolas Sarkozi : entre deux runs…Y-a-t-il un moment idéal pour courrir ?La Corrida populaire de […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s