Partir vite et finir encore plus vite

La fin de la saison approche. Serris (le 10 juin), la Transbaie (le 24 juin), puis il sera temps d’aller user le bitume de Corse pour 15 jours. Plus beaucoup de temps pour réaliser les – de 37″30 sur 10km…

A moins de ne changer radicalement de travail préparatoire ? On dit que les coureurs Kenyans réalisent beaucoup de leurs footings à des allures très rapides : partir vite et finir encore plus vite. Ce genre de sortie est très dur et la montée de lactates est importante – c’est peut-être aussi pour cela que l’entraînement est profitable si l’on sait rester raisonnable et réaliste par rapport à ses propres qualités physiologiques.

Ce type de séances peut-il avoir un effet quelconque sur moi ? Peut-il avoir un effet bénéfique à aussi brève échéance ?

Ce matin, j’ai réalisé mon premier footing sur ce modèle pour une durée d’1 heure.

Réponse le 10 juin prochain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s