Course à pied et nutrition – article 1/2

Le 13 mars dernier, j’ai assisté au Colloque annuel de la Fondation Sport Santé du CNOSF (Comité National Olympique et Sportif Français). Le Dr jean-Pierre Fouillot, Médecin de l’antenne médicale de Prévention du Dopage d’Ile-de-France, y a présenté un point sur les pratiques de consommation des compléments alimentaires chez les sportifs.

Je n’ai pas encore la synthèse de son intervention et donc, j’actualiserai les chiffres plus tard mais la distinction qu’il a présenté sur les compléments alimentaires est utile pour guider nos achats :

– 1ère catégorie : les compléments de la nutrition sportive

– 2ème catégorie : les compléments alimentaires du régime (normal)

– 3ème catégorie : les compléments alimentaires d’amélioration de la performance

Le marché des compléments alimentaires représentait en 2007 environ 900 millions d’euros, avec une croissance en pharmacie de + 31% des ventes.

On est bien d’accord que les compléments d’amélioration de la performance sont assimilés à du dopage, donc, je n’en parlerai pas et le site de l’Agence Française de lutte contre le dopage (AFLD) fait le point dessus ici.

Pourquoi l’usage de compléments alimentaires par les sportifs est-il un tel sujet de préoccupation ?
Dans de nombreux pays, la fabrication des compléments alimentaires n’est pas réglementée de façon appropriée par les autorités gouvernementales. Ceci signifie que les ingrédients qui les composent peuvent ne pas correspondre à ceux dont la liste figure sur la boite ou l’emballage. Dans certains cas, les substances non mentionnées, décelées dans un complément, peuvent inclure l’une de celles interdites par les règles antidopage. Des études ont montré que plus de vingt pour cent des compléments proposés à la vente aux sportifs peuvent contenir des substances non indiquées sur l’étiquette, lesquelles peuvent avoir pour conséquence un résultat de contrôle positif. Un grand nombre de résultats positifs ont été attribués à un mauvais usage de compléments alimentaires.

Le problème : c’est que la majorité des compléments alimentaires notamment destinés à la nutrition sportive, sont achetés sur internet et que le contrôle sur la composition et la qualité des produits est très insuffisante car ce marché est composés de nombreuses sociétés qui ne sont pas répertoriées. Cela pose un problème de santé pour les acheteurs car certains produits contiennent des substances dangereuses, voire très nocives. D’autre part, certains produits dont l’étiquetage est approximatif comportent des substances figurant sur la liste des substances interdites et en cas de contrôle positif, il sera alors difficile pour les sportifs d’apporter la preuve de leur bonne foie.

Une étude du Comité International Olympique (CIO) montre que 15% des compléments alimentaires contiennent des substances interdites.

Avons-nous réellement besoin de compléments alimentaires ?

Pas certain. La prise de compléments est nécessaire en cas de carence, laquelle peut résulter d’un accroissement important de la charge d’entraînement. Dans ce cas, une prise contrôlée et sous avis du médecin ou du pharmacien (s’il a été formé sur ces produits) peut être bénéfique pour compenser. Et pour ne pas faire n’importe quoi, le conseil médical ou nutritionnel est essentiel car il faut bien choisir la composition du complément afin d’éviter de créer un déséquilibre au niveau de votre organisme (trop fer, trop de vitamine C, etc. ne sont pas bons pour le corps). Pour ne pas commettre d’erreur, un bilan sanguin devrait en général être demandé afin de bien cerner les carences.

url

Alors que faire ?

Personnellement, j’ai déjà pris des compléments, mais toujours sur avis de mon médecin ou d’un pharmacien. Il m’est en revanche plus difficile de dire si véritablement, j’en ai tiré un bénéfice en terme d’état de forme mais je recherchais surtout à combler mes carences, plus qu’à développer mes performances.

Pour les sportifs qui pratiquent en club, je pense qu’il vaut mieux en discuter avant avec l’entraîneur ou le médecin du club lorsqu’il y en a un, plutôt que de l’acheter, le prendre et après, en discuter (mais c’est souvent comme cela que ça se passe).

Pour les coureurs hors stade, le mieux est de poser la question à son médecin traitant et de faire un bilan sanguin qui guidera ensuite le choix. Mais pas d’achat sauvage surtout. Et pour ce qui est compléments multivitaminés vendus dans les magasins de sport, il faut savoir qu’un grand nombre n’ont pas démontré d’effets avérés sur l’état nutritionnel…les vitamines, nutriments associés sont souvent en quantité insuffisante ou trop importante pour être correctement assimilés. Cela devrait nous faire réfléchir…

Heureusement, il y a de bons produits et des laboratoires fabricants,  qui testent et tracent les composants de leurs produits : donc, tout va bien.

Publicités

2 réflexions sur “Course à pied et nutrition – article 1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s