Transbaie 2009 : tactique de course

Dimanche 19 avril sera le jour de la mythique Transbaie. Comme chaque année, voici quelques conseils pratiques, sachant que cette année, j’ai décidé de parler de la course. Voici donc des conseils, pour ceux qui souhaitent malgré les difficultés naturelles du parcours, réaliser un chrono (car c’est possible) :

Le départ

C’est selon moi la partie la plus délicate à négocier car il faut être bien placé si vous voulez faire un temps. Le problème, c’est l’affluence des coureurs déjà une bonne demie-heure avant le départ sur la ligne alors que vous devez partir bien échauffé. Ce détail est essentiel car les 3 premiers kilomètres sont en ville et roulant (à condition d’être devant !). Cette portion permet au peloton de s’étirer avant l’entrée dans rieux…Je conseille de partir assez vite, sans vous griller, car cela vous permettra de passer le goulot d’entrée sur la plage sans problème et en évitant le labour car peu de coureurs seront passés avant vous.

La première partie de la course est plus lente que la seconde

La première partie est la plus technique, les rieux, la vase sont étalés sur 2km plus ou moins puis il y a avant le demi tour au Crotoy un bras de mer à traverser (50 à 60cm d’eau de mer selon la marée, le temps, votre passage, et…les éléments naturels).

La seconde partie

Elle est plus rapide et on appréciera d’en avoir garder “sous le pied” pour finir un peu plus vite. Le terrain est également moins collant et un peu plus stable sauf sur la fin où il faut se méfier du retour vers le « goulot » d’entrée qui sert cette fois à ressortir des rieux.

En résumé, partir vite puis tenir. C’est ça le secret d’un bon chrono à la Transbaie. Sinon, vous pouvez aussi, voire surtout, la faire juste pour le PLAISIR car au moins, vous déjà assurés de ne pas être déçu.

Bonne course !

Publicités

5 commentaires sur “Transbaie 2009 : tactique de course

Ajouter un commentaire

  1. Dommage que cela se déroule assez loin de mes pénates pour venir s’y essayer. Ca m’a l’air vraiment sympa comme course mais l’effort doît être sacrément costaud je pense…

  2. sacré conseil. « Partir vite puis tenir », c’est le rêve de tout le monde sur toutes les courses. je ne critique pas plus, l’article est sympa et résume bien l’évènement

    1. Ouais, je ne suis pas certain que ce soit le rêve de tous car j’ai pas mal de potes qui courent pour le plaisir aussi. Mais pour ce qui concerne cette course en particulier et si vraiment, on veut faire un temps, je pense, et ce n’est qu’un avis personnel, qu’il faut être capable de partir vite tout en en gardant sous le pied…Life is hard.

  3. C’est pas mieux si on partait lentement et ensuite courrir très vite ,
    comme ça on tiendrait mieux , vous ne trouvez pas ?

    1. Tu as raison sur un plan général mais ce conseil qu’on entend souvent me semble peu adapté au parcours de la Transbaie qui a un véritable goulot d’étranglement juste avant de rentrer dans la baie (3ème kilo +/-). Partir vite est plus difficile mais pour faire un temps, je ne vois pas d’autre choix car ensuite, le parcours est très technique et pour remonter, c’est difficile. Il y a 6000 coureurs et si tu te laisse enfermer au départ…c’est fini.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :