Courir en Corse : La Ronde de Serra di Scopamena

Inespéré ! légendaire…

En faisant route sur la Corse cet été, je ne pensais vraiment participer à l‘une des 5 courses du challenge de l’île. La Ronde de Serra en faisait partie et ce dimanche 18 juillet, c’est en famille que nous y sommes allés. Et c’est en famille que nous nous sommes inscrits !

Mathilde (9 ans) et Tom (6 ans 1/2) pour le 400m montée réservé aux enfants, moi sur le 8km100m et Marie : notre suporter ! Il y a quelques semaines, je postais sur Tom et sa foulée (qui me laisse parfois rêveur) en parlant de relève…je n’ai rien demandé, rien suggéré, c’est eux qui ont souhaité participer et c’était une première pour Mathilde comme pour Tom.

Résultats du 400m montée : Tom finit 2e au taquet dernière un grand de 10 ans et Mathilde 3e. Autant dire qu’ils étaient tous les deux heureux et fier…et moi aussi surtout qu’ils ont pris du plaisir mais ici, dans l’Alta Rocca, difficile de trouver plus beau pays pour participer à sa première course hors stade.

DSC_0013Tom et Mathilde

Résultats du 8km100m : trois boucles de 2km700m…et comme m’a dit l’organisateur auprès de qui je me renseignais pour la topographie du parcours «ben disons que ça descend d’un côté du village alors forcément…ça remonte de l’autre. Il n’a pas menti et même les locaux redoutait le tracé très difficile qui laisse peu de place aux relances et demande surtout beaucoup de rythme. Et attention à la respiration car en altitude (974m), le souffle manque assez vite. Le dossard 163…c’est moi !

DSC_0031

Le Podium :

C’est Jean-Noël SETA (Ste Mariaccia) qui remporte la course en 28’15DSC_0062

2e : Gwanaël BARDOUL (Sécurité Civile) en 28’48

3e : Jean-Louis BENEDETTI (Pompier de Rizzanese) en 29’30

La 1ère femme, Najia BOUTTICHE (cdt) termine 12 au scratch et en 35’04.

Quant à moi, je finis en 15e position en 35’53, très heureux de l’avoir fait car cette course est non seulement superbe, mais parfaitement organisée, dans un esprit simple et pur. Ici, c’est l’esprit de Spiridon qui veille sur les coureurs et les organisateurs.

Et le mollet ?! Il a tenu et même plus que ça car la descente le long des châtaigniers était sur ce parcours bien plus terrible que la côte du village (à peu près 1km600m).

Voilà pour les résultats, le reste, ce ne sont que des images dans ma tête et comme d’habitude ici, je ne suis pas prêt de les oublier ; y compris le buffet de l’amitié qui a suivi avec tous les participants sur la petite place de la ville. Avec la participation des enfants, cette course fût un vrai moment de bonheur pur.

Ce type de course n’existe quasiment plus sur le « continent » où la première des course est celle aux nombre des inscrits, souvent au détriment de la convivialité et parfois de l’organisation.

En franchissant la ligne d’arrivée aujourd’hui, j’ai compris une fois de plus pourquoi j’aime courir et pourquoi j’aime cette île : parce qu’ici, je (re)vis.

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s