L’immunité du coureur à pied

En ces temps de grippe A, de rhino-pharyngites, et autres infections ORL, notre appareil respiratoire est particulièrement malmené et pour nous coureurs à pied, c’est encore plus vrai. En effet, le sport est un facteur de bonne santé mais il a aussi pour effet, lorsqu’il est pratiqué de façon régulière et intensive à affaiblir notre système de défense interne. Pourquoi ?

En courant, nous sollicitons notre fonction respiratoire ; celle-ci entraîne une irritation, voire une inflammation des alvéoles pulmonaires : nous sommes ainsi plus fragiles aux pathologies respiratoires, et il faut être extrêmement vigilant en cas d’infection au risque d’aggravation – surtout actuellement puisque le virus H1N1 attaque les fonctions respiratoires. Je laisse à chacun de nous le soin de se forger une opinion sur la vaccination…

La pratique du sport en général et de la course à pied en particulier de façon intensive a aussi pour conséquences d’agir sur nos défenses immunitaires puisque nous créons aussi certains déficits en vitamines et nutriments essentiels pour la défense de notre corps. Comme c’est l’hivers et nous avons besoin de toutes nos forces pour nous défendre contre les agressions extérieures, l’alimentation (apports en protéines, glucides, lipides notamment) joue un rôle important pour corriger rapidement ces déficits et éviter qu’ils ne deviennent chroniques : en la matière, vous savez ce que je pense des compléments alimentaires…souvent peu adaptés à nos réels besoins, peu efficaces. Mieux vaut en parler avec votre médecin et réaliser un bilan sanguin pour être précis sur les actions à engager.

Bref, nous sommes plus fragiles que nous ne voulons bien le croire donc comme il va faire froid cette semaine en région Parisienne  (et ailleurs), prenons soins de nos bronches…elles nous le rendrons bien en temps voulus.