La fébrilité du grand froid…

Depuis quelques jours je prends conscience que mon premier véritable trail approche. Certes, il ne sera pas « ultra » mais tout de même, 50 KM, ce ‘est pas rien. Alors lentement mais sûrement, la pression monte et je consulte mon agenda d’entraînement pour compter le nombre des séances difficiles qu’il va me falloir réaliser pour me préparer. Car il ne faut pas se mentir, à mon niveau, on ne dit pas une séance longue (entendre 2h00 ou plus) mais une séance difficile. Pour y parvenir sans trop de dégâts (mais j’accepte les dommages collatéraux), je vais m’appuyer sur le VTT et un renforcement musculaire des cuisseaux qui me défaut – ce renforcement va passer par un travail naturel de côtes le dimanche matin et sur presse.

Pourtant, j’aimerais déjà être le 20 mars au soir, fier d’avoir accompli cette performance, heureux d’être entré dans une nouvelle ère de ma pratique. Ce soir, j’ai comme une sensation de fébrilité, un peu comme celle qu’on a par grand froid…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s