Optimiser nos perfs sur le Trail…

Le coureur du Chablais (il est ici) me demandait il y a quelque jours comment je parvenais à gérer les montées en compétition car il est vrai qu’en général, j’ai plutôt tendance à « ramasser » en côtes et surtout à la sortie. Et moi, je ne savais pas vraiment comment l’expliquer mais la lecture ce soir d’une nouvel article scientifique sur le site savoir-sport.org apporte quelques éléments de réponses même si l’étude porte sur du cross-country et donc de petites distances.

Lisez cet article, il suggère qu’une économie dans les montée permettrait d’adopter une vitesse de course plus rapide sur les surfaces planes qui suivent alors que dans le cas contraire, la vitesse à la sortie à tendance à baisser plus bas que la vitesse moyenne, il y aurait donc une perte de temps qui ne peut pas être compensée car le gain en montée est plus faible. En bref, vouloir maintenir son rythme en montée n’est pas une bonne stratégie de course car cela se répercute ensuite sur le plat.

On a tous expérimenté cela plus ou moins sans y penser vraiment mais ce que je trouve intéressant ici, c’est le fait d’en faire un axe de développement à l’entraînement pour la compétition. Du coup, je me dis que le fait de toujours associer une portion de terrain plat pendant mes séances de côtes (à la sortie) est une très bonne façon de travailler.

Publicités

5 commentaires sur “Optimiser nos perfs sur le Trail…

Ajouter un commentaire

  1. Intéressant, même très intéressant, d’un autre coté dans (endurance mag ou uFo du mois) il y a un comparatif sur les vitesses de course des 3 premiers de l’utmb 2009, et pour faire simple Killian gagne la course uniquement dans les montées.

    1. Killian est hors catégorie pour moi tellement son talent est grand. Mais cela démontre aussi qu’il y a la science qui essaye de définir et de catégoriser des stratégies et la vraie vie…comme d’ailleurs la forme du jour qui compte beaucoup.
      Faut tester pour voir; On fera ça dans le Verdon ?

  2. Ok pour le Verdon : alors toi tu fait tout à fonds et moi je m’économise dans les montées, ca te va comme programme ? 🙂 🙂

    Plus sérieusement, oui Killian a énormément de talents, mais aussi un gros gros passé sportif (malgré sons jeune age), quand on pense qu’il ne s’entraine presque pas à la course a pied pendant l’hiver.

    Et oui la forme (et le stress) du jour c’est énorme, le seul soucis c’est que tu peut pas prévoir.

  3. Merci pour la référence 🙂 je sais bien que je suis pas mal taquin quand le sujet concerne les montées…

    De ma petite expérience, J’ai remarqué lors de mon dernier trail que je reprenais pas mal de terrain dans les montées sur les concurrents qui étaient devant moi… mais sur le plat et dans les descentes, il me fallait bien 30 à 40s pour récupérer de mon effort de la montée, et du coup, petit à petit l’écart s’agrandissait.

    Psychologiquement, c’est dur.. très dur même, surtout quand on est vraiment dans le rouge !

    Le tout combiné à deux coups de pompes et ca donne une impression mitigée sur le résultat de la course.


    le coureur du chablais :p

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :