Le syndrome de Sarkozy…

Une vraie semaine de folie disions nous à propos de ma thalasso. Les superlatifs manquent pour vous décrire l’état de plénitude dans lequel je suis depuis le début du deuxième jour. Mais comme tous les séjours et surtout ceux qui se déroulent à la montagne (les montagnards comprendront de quoi je parle), il faut rester vigilant et savoir gérer le contrecoup du troisième jour qui arrive souvent en silence. La thalassothérapie, c’est pareil…

Hier, le soleil était au rendez-vous et j’ai décidé de partir à 16h30 après une matinée de soins très riche (4/demie-journée !) pour le superbe sentier des douniers (GR du littoral entre St-Malo et Cancale). Un peu moins de 30 KM de sentiers, les plages, la vase (c’était marée basse) et un trajet aussi beau que cassant du fait des multiples petites bosses. (Photo ci-dessous du sentier : mumu)

Au 15ème kilomètre, je suis à hauteur de Guimorais et le panorama est magnifique : comme d’habitude, je me dis que je sais pourquoi j’aime courir. Remonté comme une pendule, je relance pour le retour vers St-Malo et je m’étonne de ma forme, les puls sont basses (160) malgré le sentier : roule ma poule !

Je rejoins mon véhicule après 23 Km et pas très content, je reprends alors les bâtons de marche nordique dans mon coffre de voiture pour refaire une boucle, totalement galvanisé par cette sortie.

Jusqu’à là, tout va bien.

Après 3h00 de sortie, c’est l’heure des étirements et du retour à l’hôtel : après la douche, je ressens une petite nausée et une envie de sucre mais je n’y fais pas attention car c’est l’heure du dîner et je me dis qu’après un bon repas (la restauration du Grand Hôtel est top !), ça ira mieux. Sauf que non, ça ne va pas mieux et lorsque nous rejoignons le resto avec ma femme, j’ai la tête qui tourne et je commence à ressentir des bouffées de chaleur…je prends discrètement mes pulsations histoire « de » : elles sont bonnes mais j’ai de plus en plus de mal à me concentrer à table. « Tu peux attendre 2mn s’il te plait ? »…ça y est, je sens que je pars après quelques minutes à table : j’ai chaud, je transpire, mes mains fourmillent et ma vue se brouille pour devenir rouge. Ce moment est celui qu’on n’aime pas (surtout pour celui ou celle qui vous accompagne), mes yeux partent et je lutte pour ne pas perdre connaissance ; j’essaie de percevoir si mes battements ont chuté car je me sens très lent. C’est normal et je le sais car le nerf vague ralentit les battements cardiaques, c’est pas terrible à ressentir : « Tu peux appeler  quelqu’un, ça va plus là ». Marie appelle à l’aide. Je fais l’attraction dans le restaurant car le personnel est hyper réactif et en moins de temps qu’il ne m’en faut pour acheter une paire de running, j’ai un verre d’eau sucrée et un Coca (un vrai !)…2mn et je suis assis dehors sur la terrasse. C’est fini, je sens que je reprends conscience, mes sens reviennent, le pouls aussi…71, c’est impec.

On appelle le roomiste de l’hôtel, un marathonien !! Nous discutons alors ensemble un petit moment : le malaise est sans aucun doute lié à une crise d’hypoglycémie qui résulte d’un effort trop violent. Et oui, même en parfaite condition physique, l’entraînement intensif est totalement déconseillé en période de cure car le corps est beaucoup relâché. La sortie que j’ai vécue comme un pur moment de bonheur a été silencieusement un assèchement assez sévère de mes réserves en glycogène et une sollicitation violente. J’avais pourtant 2l d’eau, 500ml de boisson de l’effort et une banane !! mais non, « des types qui courent on en voit souvent ici, y’a même des montagnards qui viennent récupérer mais eux, ils se reposent ici. C’est pas sérieux » me dit le roomiste, « mais c’est pas grave, ça va passer. Et au fait, vous courez quelle distance ? ». Là, c’est partie pour une revue des nos exploits respectifs : lui son dernier 100 bornes, moi le Verdon…

Ce matin, je suis allé prendre un rendez-vous chez le médecin du centre car j’aimerais maintenant comprendre cette crise d’hypo, ma première du genre. Et puis, si je peux, je verrai le médecin responsable qui est un fan de course paraît-il. « Faut revenir en septembre, y’aura Bob Thari en stage ici ! Mais lui, il va respecter les règles… » me dit le roomiste avec un air malicieux.

Voilà…comme vous le constatez, j’en profite à fond mais je vais lever le pied…

Ce matin, j’ai croisé une petite dame (il y a beaucoup de sexagénaires ici) qui me dit : « vous nous avez fait peur hier au restaurant. Faut pas faire des choses comme ça. Vous vous prenez pour Sarkozy avec sa Carla pour nous faire un malaise vagal avec votre femme ? ».

Ma femme s’est alors penchée à mon oreille : « recommence une seule fois un truc comme ça et c’est moi qui te tue »…

A bon entendeur salut !

PS. N’empèche que cette sortie sur les Douaniers, c’était une bombe !

Publicités

6 commentaires sur “Le syndrome de Sarkozy…

Ajouter un commentaire

  1. Raahahahahahah !!!! C bon ça de te faire remarquer comme ça en thalasso à St Malo !!! Heureusement que tu n’as pas eu le temps de faire floquer ton maillot du TAILLEFER TRAIL TEAM tu imagines la mauvaise pub !!! Je déconne … profites en bien et cool quand même 😉

  2. plus de peur que de mal!
    Fais quand même gaffe et profites de cette thalasso pour bien récupérer avant la prepa pour les causses (pour celle la je compte sur toi pour fait le lièvre 🙂 )

  3. ça m’est arrivée plusieurs fois, notamment lors de sorties entre midi et 14h où j’avais un peu forcé….toujours à la limite….avec de mauvaises sensations qui durent plusieurs heures…C’est un peu flippant…
    Maintenant je fais gaffe et essai d’avoir un petit dej; plus conséquent!

    Allez, t’es là pour te reposer…Alors profites en, et les autres prendre soin de toi!

  4. @lamiricore : je ne dîne jamais avec mon maillot d’netraînement 🙂
    @tous : j’ai levé le pied histoire prendre tout le bénéfice de la cure. La prépa peut bien attendre quelques jours…

  5. « PS. N’empèche que cette sortie sur les Douaniers, c’était une bombe ! »

    J’ai la chance d’habiter à 300m du Sentier des Douaniers et je confirme 😉

    Mais je ne fais pas une Thalasso après chaque sortie :p

    1. En effet, il est magnifique et je le recommande même s’il serait encore mieux sans les interruptions entre St-Malo et Cancal. Par ailleurs, la lumière y est magnifique à partir de 19h00. Tu as bien de la chance…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :