La CCC : comme dans un rêve

Ca-y-est, me voilà au refuge de Bertone après 13 KM de course et 2 000m d’ascension. J’en ai pris plein les jambes et je décide rester calme pour récupérer avant de relancer, devant moi, le groupe de tête a déjà 10 mn d’avance. La Tête de la Tronche, au 18ème kilomètre, sera le point culminant du parcours, à 2500m. Je me dis que si j’arrive là haut en bon état, je pourrai gérer la descente et relancer jusqu’à Arnuva avant d’attaquer la montée jusqu’au Col Ferret.

Mais voilà, j’ai toujours en tête que le groupe qui a pris la poudre d’escampette avance vite et si je gère trop, rien ne me dis que je pourrai rattraper mon retard. La portion du parcours qui suivra en Suisse peut même leur permettre de creuser l’écart. J’hésite.

J’arrive à la tête de la tronche et comme je me sens bien, je profitte d’avoir le groupe en ligne de mire pour relancer – je sais que je pends un gros risque mais je ne calcule plus, j’ai la rage, je veux recoller au groupe maintenant.

Cela me prendra 2h00 lorsqu’au 41 KM, le rejoins le groupe de tête à hauteur du Praz de Fort. Je ne reconnais pas les coureurs curieusement et m’interroge : qui sont ces types ? pas une seule tête d’affiche, où peut bien être Julien Chorier ? Pas grave, je décide de faire ma course sans me poser de questions car après tout, le trail, c’est le règne de l’incertitude : il y a peut-être eu des coups de fatigue au sein de l’élite.

Jusqu’au 65 Km, vers Bovine, je suis bien mais la cuisse gauche me tire. J’ai négligé deux ravitos pour refaire mon retard et je commence à douter de mes choix : inconscient, j’ai imaginé qu’avec la météo particulièrement mauvaise qui nous a tous rabattu sur la CCC bis, je pouvais réduire mon temps de ravitaillement…

KM 76, nous entrons sur le sol Français et j’ai un gros coup de boost, grisé par l’idée d’être toujours au sein d’un groupe de 5 coureurs, la tête de course. C’est la première fois de ma vie et je repense alors à tous les sacrifices consentis pour me préparer à cette course de légende. Oui, c’est vrai que je venais pour la TDS mais la météo exécrable en a décidé autrement, et entre nous, je respecte le choix des organisateurs de privilégier la sécurité : c’est du sport, pas la guerre !

J’accélère et je ne vois même plus la balise qui m’indique de prendre à droite en arrivant à la Tête au Vents…que se passe-t-il, je sens une impression bizarre, je veux faire demi-tour mais je n’arrive plus à avancer, je sens que je ralenti de plus en plus, je ne sens plus mes muscles…ma vue se brouille lorsque soudain, un juge m’arrête au 89 KM et j’entends un sifflet sourd, le bruit devient un sorte de musique ?? ma vue revient mais je transpire, j’ouvre les yeux…face à mon réveil matin : il est 6 H45, je suis dans mon lit et c’est l’heure d’aller courir, j’ai prévu une sortie de 3h00 aujourd’hui dimanche.

J’ai comme la gueule de bois, tout cela n’était qu’un rêve, un rêve de CCC ?! Avant de partir courir, je passe par le bureau et me connecte sur le site UTMB North Face…l’UTMB 2010 à bien été annulé en raison d’une météo désatreuse et le fil UFO annonce depuis hier en soirée la victoire de Jezz Bragg en 10h30 sur la CCC bis.

Dans la réalité, passé le temps de l’émotion et de la déception, nous entrerons alors dans celui de polémique (celui a d’ailleurs déjà commencé sur le blog de Kilian Jornet) : fallait-il arrêter ou pas l’UTMB ? l’organisation a-t-elle sur-réagi ? pourquoi ?…blablabla…du point de vue des participants comme de celui de l’organisation, ce qui est arrivée est injuste mais la nature ne se contrôle pas, pas plus que le durcicement des réglements qui poussent de plus en plus à la prudence.

Mais peut-on le regretter ? Peut-on seulement oublier les événements du Mercantour 2009 au seul nom de la responsabilité individuelle ? Je ne crois pas : il fallait décider rapidement et cela se respecte en pareil circonstances. La critique fera forcément mal, peut-être même plus que la décision de tout stopper…

Et ça, croyez moi si vous voulez, ce n’est pas un rêve.

Publicités

8 commentaires

  1. oullla tu envoie du gros sujet à polémique la!

    Les deux point de vues sont discutables, celui à la Jornet, ou tu es un winner dans l’âme limite du surhomme ou le seul défit à ta hauteur est de courir 700km en 1 semaine, ou tu ne compte même plus les victoires a ton actif, alors la oui un peu de pluie et de boue ca te fait doucement rigoler, mais pour toi le trail c’est ca ! Et tu fait ton caca nerveux, et part en claquant la porte… hum hum et l’esprit du sport dans tout cela ?

    Mais non en fait tu es un sportif lambda, tu as trimé dur pour avoir les points nécessaires à l’inscription, puis encore plus dur pendant ces derniers 6 mois consacrés uniquement à cette course, ou finir sera déjà un bel exploit et ou un gros pepin météo pourrait te mettre gravement en danger, alors pour toi la décision de l’orga est juste tu la respectes, tu participes a la CCC bis et c’est bien comme ça aussi, après tout il y a des choses bien plus grave que cela dans la vie.

    • Bof, la polémique elle a déjà débuté sans moi mais je trouve les commentaires de Jornet un peu déplacés et manquant de recul. Il y a certainement des coureurs qui seraient repartis malgré le danger mais jusqu’où peut-on laisser faire sur une course quand on est organisateur ? Moi, je ne sais pas. Il ne faut oublier le règlement qui se durcit et les accidents du passé…
      Sylvain Bazin relève en revanche pas mal d’incohérence dans la gestion des événements et peut-être en effet qu’il y a eu des erreurs mais dans pareil situation, qui peut dire « j’aurais été parfait moi » ????
      Je ne suis pas indulgeant avec les organisateurs qui représentent pour moi un aspect du trail qui n’est pas celui que je préfère, mais je me dis simplement que l’exigence de sécurité désormais demandée par les autorités conduira de plus en plus à ce type de décision dès lors qu’il y a un danger. Je me demande si c’est vraiment un problème ? Si c’est souhaitable ou pas ? Mais lorsqu’il y a un accident sur une course, l’organisateur se retrouve seul face à ses responsabilités.
      C’est très compliqué.

  2. C’est depuis ce weekend que l’on se rends compte des limites de l’organisation de L’UTMB… je pense que l’évènement a trop vite grandit … il va falloir revoir tout ça en 2011 avec un parcours de replis, des navettes et une organisation au top sinon pas de course pour nous d’ici quelques années …

  3. Si j’ai tout bien compris, tu nous annonces ta participation à la CCC en 2011/12 c’est bien celà ? 😉

    Ahhhh mais c’est une bonne nouvelle ça… Un rendez-vous de plus pour le TTTrail ? 😀

  4. Moi ce que je note de cet article, c’est qu’on dirait le récit d’un expérimenté du Trail de montagne. T’es sur que t’étais pas Népalais dans une vie antérieure ? 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s