La loi du Préau…

Je parle peu de mes enfants. Une façon de les préserver de toute exposition sur Internet, chose avec laquelle je ne suis pas totalement à l’aise. Pourtant, tous deux courent (Mathilde 10 ans et Tom 8 ans).

Mathilde, avec beaucoup de plaisir, pratique et gère les choses de façon très particulière : jamais très loin du peloton de tête mais surtout pas trop devant, la lumière n’est pas son truc…

Tom, c’est l’opposé. C’est moi puissance 1000. Chaque compét’ est un rituel en soi, un moment dans sa tête que même moi, j’ai encore du mal à cerner, comme ses chronos : 3’42 pour son dernier 1000 m sur route…Sa pratique, c’est plus qu’ un loisir, c’est un vaste tableau de chasse où il épingle soigneusement chaque chrono, chaque victoire. il y puise une adrénaline incroyable.

Loin de le pousser, j’essaie de gérer au contraire. Attention à la surchauffe car il est très jeune mais j’avoue ne pas trop savoir comment faire : il est en école d’athlétisme mais ne pense qu’aux courses où il est mélangé avec les poussins et parfois les benjamins. Faut dire qu’avec un Père aussi obsédé par la CAP, il n’a pas à chercher bien loin…peut-être qu’un jour, il prendra d’ailleurs mon contre-pied ?

Pour l’heure, je gère donc avec un peu de recule tout en lui apportant aussi ce qu’il demande : il aime parler course avec moi, regarder sur Youtube des vidéos sur les grands championnats que l’on commente ensemble au niveau tactique (on se refait pas :-)).

Il serait bien venu en Oisans avec nous, voudrait faire le voyage à Millau (pour la kids) et pense déjà à la saison de cross country 2012. Je sais que j’ai une part de responsabilité dans tout cela car il m’entend parler…

Il y a peu, nous avons regardé ensemble les vidéos de la Killian Quest (saison 1,2,et 3). Hier, il m’a demandé d’un air intéressé « Au fait, il courra encore le garçon de la montagne quand j’aurai 18 ans ? ». « Sans doute lui ai-je répondu sans poursuivre la discussion ».

A mon âge, ce sont les démons qu’on chasse. Lui, il est à l’aube d’une passion qui durera ou pas dans le temps mais aujourd’hui, sur son tableau, il inscrit des noms et des chronos qui font rêver… finalement, c’est ça qui compte le plus à son âge : avoir des rêves.

Publicités

11 commentaires sur “La loi du Préau…

Ajouter un commentaire

  1. j’imagine bien la scène… tous les 2 posés dans le canap, devant la télé qui fait tourner des vidéos de course en boucle, en train de grignoter un gatosport en sirotant une boisson de récup’ 🙂

    1. La scène, c’est plutôt : nounours en chocolat & co en hurlant devant l’écran « vas-y attaque à la sortie du virage ! »… »oh là-là, il s’est fait ramasser sur la ligne, pfouuu »

  2. Ouff ! Très beau ce que tu as écrit. Chanceux d’avoir des garçons qui aiment la CAP. Ton petit Tom est un véritable miroir.

    1. @François: mon miroir ? Je ne sais pas en fait car il a plus de talent que moi ! Je crois que comme Mathilde, il réfléchissent beaucoup et pensent leur course à chaque fois. C’est un truc qui me plait car ils essaient d’utiliser leur physique et leur tête…la tête, le coeur et les jambes: la lutte ancestrale !!

    1. @Clara : il n’y a rien qui ne vive chez nous et nous pratique pas la CAP ! Et sans forcer qui que ce soit…d’ailleurs, je fais ma rééducation avec Marie actuellement (ma femme) 🙂

  3. Rien de plus beau que de partager sa passion avec ses enfants, loin de les pousser à tous prix, jusqu’à les écoeurer, tu as su leur donner cette envie, cette petite étincelle, qui fait que l’on prend du plaisir dans le sport.
    De plus, ces moments de complicité si particuliers sont tellement importants et feront partie de leur meilleurs souvenirs.
    Continuez à partager ces beaux moments !!

  4. Beau Papa et papa dans l’année, ton récit me touche, moi je tente d’emmener mon grand le dimanche, mais il préfère rester à la maison. peut être que ma fille viendra d’ici quelque années 😉

    1. @cailloj: nous aurions sans doute partagé autre chose ensemble mais c’est vrai que là, c’est que du bonheur. Avant l’athlé, Tom a fait de l’escrime et à cette époque, je faisais des efforts pour m’y interreser et partager un peu avec lui. Un enfant comme un ados, ça peut changer.

  5. Les enfants sont des moteurs. J’étais très fier de finir mon marathon mains dans la mais avec mon champion de 5 ans. J’espère qu’il était fier aussi 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :