Allégorie du poireau des champs, poireau des villes

Le poireau des champs est un travailleur acharné, il planifie chacune des ses activités, raisonne sur le long terme le conséquences de son entrainement, accorde son alimentation et son hygiène de vie. Le poireau des champs est un puriste  méticuleux mais surtout, il fonde son jugement sur du rationnel. Le poireau des champs tire de chaque difficulté des enseignements pour le futur.

Le poireau des villes est un impulsif extraverti, il aime et donc il ne compte pas ; peu importe la raison pourvue que le plaisir soit au rendez-vous. Le poireau des villes vit un peu au jour le jour, en quête permanente d’une expérience nouvelle. Souvent, il trébuche, puis se relève et repart de plus belle comme de rien n’était.

(…)

Je suis un poireau des villes. Alors, voilà bientôt quatre mois que je suis en mode « pause » en raison d’un traumatisme musculaire aux ischios qui est très, mais alors très long à guérir. La kinésithérapie m’a permis de récupérer un peu de la souplesse musculaire mais la reprise est encore loin devant…imprécise.

Alors aujourd’hui, lorsque le médecin a pris mes images d’IRM et m’a proposé deux options, j’ai ouvert grand mes oreilles : soit on continue encore plusieurs semaines ce que nous avons commencé, c’est à dire la poursuite du traitement classique à base de rééducation des membres inférieurs (massage profond, physiothérapie, étirements par contraté-relâché, travail dynamique excentrique) ; soit on réalise des injections de PRP (concentrés plaquettaires / Plasma-Rich-platelet), c’est-à-dire un prélèvement sanguin passé à la centrifugeuse pour en récupérer le plasma riche en plaquettes qui est réinjecté sous contrôle échographique sur la zone de lésion musculaire. Ce traitement « bio » est une voie du futur à laquelle ont eu recours de nombreux sportifs de haut niveau. Il faut de une à trois injections, le traitement coûte autour de 300 € l’injection avec une base de remboursement de 90 € (complément à la charge de la Mutuelle éventuellement). La technique est encore peu documentée sur le plan clinique car récente mais prometteuse et avec peu d’effets secondaires décrits dans la littérature.

Quel bénéfice puis-je attendre de cette dernière option ? Un gain de temps, une rémission plus rapide mais non chiffrable car variable d’un individu à l’autre. Nadal, Tiger Woods ont eu recours à cette technique.

Mais moi ? Moi, je suis un poireau des villes. Je cogite depuis ce midi sur cette proposition qui pourrait faire de moi un poireau « bio » sachant que la technique répond à un protocole (3 injections répétitives à 1 semaine d’intervalle) difficilement compatible avec mon emploi, sachant qu’elle demande un budget important pour un gain incertain, sachant que c’est tout de même un pas vers l’inconnu car la technique a encore peu de recule…sachant que je ne suis qu’un pratiquant amateur et ce « gros calibre » thérapeutique est-il véritablement pour moi ? Faut-il un tel arsenal pour en finir avec la douleur quotidienne omniprésente et l’incapacité de courir ?

Le choix n’est pas simple bien que pas très compliqué non plus et je sais déjà ce soir que j’ai perdu : perdu la perspective de courir les templiers, perdu la perspective d’une fin de saison rattrapant les écueils de son début.

Après tout, le poireau vit bien au jour le jour, il se satisfera donc de quelques marches rapides en montagne, de séances de gainage et autres activités autorisés qui lui permettront bien de tenir jusqu‘à la reprise.

Pas de problème, tout ira bien.

Publicités

13 commentaires

  1. Comme on le dit souvent, la nuit porte conseil.
    Hormis le coté financier, tu mets en avant une notion importante selon moi, le manque de recul ! Que sont quelques mois à échelle humaine ?
    Tu n’es pas dans une situation où à cause de la douleur, tu dois essayer tout ce que l’on te propose ! Mais faut-il pour autant plonger dans l’inconnu simplement par impatience ?

    Je ne te dirai pas quoi faire, car tu as toutes les cartes en main. Prends bien le temps de réfléchir afin de choisir au mieux ce qu’il convient de faire.

  2. Mais qu’est ce que j’apprend… Je suis un poireaux des villes moi aussi ! Et ma participation aux templiers est aussi remise en question ! Bon courage…. Je t’envoi ce qui me reste ! (c’est quand même la classe qu’on te propose la technique médicale de Nadal !

    • @Virginie : je me dis surtout que je me suis peut-être orienter vers un médecin très qualifié et que mon discours d’impatience oriente aussi vers des techniques qui m’emmènent un peu loin. La PRP est une voie d’avenir mais est-ce mon meilleur choix de traitement au vu de la balance : bénéfices/risques/coûts et organisation matérielle car mine de rien, il faut aussi pouvoir se libérer un peu de temps pour le faire.

  3. Et finalement le poireaux des villes fit preuve d’une grande sagesse.
    Mr Poireaux, ressortira de cette longue et douloureuse expérience, grandi, renforcé, avec plus de niak, et d’envie que jamais.

  4. Salut,

    Je suis totalement d’accord avec Maya, facile à dire pour moi car je me reconnais bien dans ta définition du « Poireau des champs » (jamais blessé en 6 ans de course).

    En course à pied en général, et en ultra marathon en particulier, il faut être patient et attentif aux signaux qu’envoie l’organisme, on progresse sur des années aussi bien en vitesse qu’en distance, souvent on stagne de longs mois, mais l’essentiel reste de se faire plaisir à son niveau. Vouloir tout tout de suite mène bien souvent à l’impasse.

    Coté traitement, la solution la plus douce (celle que tu suis actuellement) est sans doute la meilleure pour revenir plus fort et favorise la patience et la remise en cause, la seconde ne fera qu’enrichir le corps médical et reculer le moment de la blessure suivante. Il ne faut en aucun cas prendre modèle sur les pros surtout dans des sports business où l’argent et le court terme priment (il n’y à qu’à voir dans quel état sont ces champions en fin de carrière).

    JP

  5. Monsieur le légume,

    prenez donc une année en Jachère ça vous fera repartir vers d’autres horizons … ceux de l’Oisans et des potes du Taillefer Traill Team par exemple… nous serons toujours là dans quelques mois…
    Planifier donc votre année 2012, préparez vos congés, la chicorée vient d’investir dans une maison qui accueillera toute votre famille et autre poireaux (réunionnais par ex.)… enfin pensez qu’à bientôt 40ans il vous reste encore quelques années juteuses devant vous non ?

    Cordialement,

    la Laitue de l’Oisans.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s