Réussir son trail : et si c’était une question de proportion ?

Comme chaque année, l’UTMB nous offre son lot de vidéos officielles et amateurs : une opportunité de ressentir un peu de cette ambiance si particulière, entre foire internationale et immersion totale dans une nature aux proportions démesurées.

C’est d’ailleurs en partie la démesure et la beauté du Mont-Blanc qui font pour moi l’intérêt de ce rendez-vous.

En regardant les vidéos, une chose m’a interpellé mais je ne suis pas encore certain de cerné correctement ce constat : à regarder le trio de tête, on remarque à plusieurs reprises que Karrera et Jornet courent ou trottinent  assez régulièrement alors que Seb Chaigneau utilise beaucoup plus souvent semble-t-il les bâton et la marche rapide. Cela concerne bien entendu les portions en altitude, pas les roulantes.

Cela m’interpelle car Seb Chaigneau termine 3ème et pas si loin que ça d’ailleurs si on rapporte le temps à la distance parcourue : du coup, je me suis demandé quelle proportion avait-il consacré sur l’ensemble de sa course à la marche ? Y-a-t-il un rapport idéal à avoir sur l’ultra afin de s’économiser ?

A plusieurs reprise, on le voit avancer presque aussi vite que les deux autres et on se dit qu’il a bien raison d’en garder sous le pied.

Sur ce sujet, j’aimerais bien qu’on discute un peu car j’ai bien compris l’intérêt des bâtons en trail mais je me dis que la proportion de leur usage est sans doute importante.

Publicités

24 commentaires sur “Réussir son trail : et si c’était une question de proportion ?

Ajouter un commentaire

  1. Excellente question, moi j’utilise les bâtons pour la marche mais en trail, j’ai encore un peu peur qu’il me gène plus qu’ils ne m’aide alors je vais suivre de très prêt ce débat plus qu’intéressant !

    1. @buzzy : mon pote DOM qui était avec nous au trail de l’Oisans et qui a fait la 6000D avec a bien apprécié semble-t-il. je suis assez adepte mais la question c’est pas que le fait d’en avoir mais aussi de savoir quand les sortir. La réponse qui consiste à dire quand sa grimpe est insuffisante car je connais des endroits où ça ne fait que grimper : un peu, beaucoup…terriblement; alors ??

  2. Les bâtons j’ai testé dans tout les sens, et j’en arrive toujours au meme constat, ils me gène plus qu’autre chose… j’arrive pas à trouver mon rythme avec.
    J’ai toujours vu chaigneau courir avec, alors que Jornet jamais, c’est peut être une question d’habitude ???

      1. ouaip je pense que c’est le soucis du truc dans les mains. Mais j’ai jamais dépassé les 3000 de D+ sur une sortie, peut être comme le dit mic a partir de là ce devient vraiment intéressant d’en avoir.

    1. @lamiricore: moi je les dégaine facilement et je me disais 2000D+ comme barrière…mais j’suis un parisien et 2000D+, c’est déjà pas mal pour moi.

  3. Mouais curieux à saisir toutefois cet usage de bâtons, un gain de 30% c’est un gain de quoi ? ça représente quelle grandeur ?
    Là où je comprends pas tout, c’est que Seb Chaigneau n’hésite pas à dire que bâtons = +15BPM au cardio, et pourtant il les utilise, KJ par contre, jamais de bâtons, seulement lui il trottine, ou allonge sa foulée (visible sur la photo justement, il court pas sinon il doit être devant les deux dans les 3s suivant la photo^^), une chose est certaine, ces gens-là, il savent s’économiser pour envoyer du constant dès que le terrain le permet, le secret de la réussite, il est là…..

    1. @Cyrille: le bénéfice est difficile a évaluer, je suis d’accord avec toi. En ce qui me concerne, j’ai l’impression de moins me fatiguer mais je suis incapable de quantifier le truc. Mike, tu sors ça de quelle revue ?
      Connaître le terrain : 100% d’accord !

      1. Les bâton c’est fait pour « économiser » les jambes !!! ni la fatigue globale, ni les bpm. Jornet n’utilise pas de baton mais on le voit très souvent pousser sur les genoux.
        Après pour la foulé en cote Chaigneau Vs Jornet
        -> http://www.youtube.com/watch?v=xrbH3MPAWZ0
        (à 1:16 sortez les mouchoirs, et à 2:42 , ne les rangez pas 🙂 )

      2. @Lexel: hop ! hop ! pourtant, l’effort physique fait grimper le BPM ?! donc avec les bâtons, tu te fatigue moins et tu dépenses aussi moins d’énergie…donc tes BPM n’augmente pas…enfin pas à cause des bâtons.

      3. @Lexel : oui !!! j’avais vu cette vidéo assez incroyable en effet. Malgré tout, SC grimpe bien aussi avec ses bâtons…
        Il n’y laisse pas un peu de plûmes quand même KJ dans une remontée comme celle-là ? On dirait que non (sniff). Il est vraiment impressionnant.

    2. J’ai lu ça dans un mag 30% d’énergie en plus … mais ca ne veut rien dire en effet… par contre je trouve vraiment un interet d’utiliser les batons sur du long indéniablement 😉

  4. @runonline honnêtement je ne sais pas si la dépense / le gain énergétique des bâtons est quantifiable en bpm ou autre ? Mais j’ai souvent pesté contre moi en fin de course dans les dernières bosses quand t’a les jambono bien cramés de ne pas avoir prit le miens…
    Quand je regarde le classement final, j’ai bien l’impression que le pti Jornet il n’y laisse pas de plumes a grimper comme ça… impressionnant en effet.

  5. Je n’ai jamais utilisé de bâtons et je suis novice en trail mais j’avais lu il y a pas mal de temps un article intéressant sur l’alternance course/marche.
    Voir sur UFO : http://www.ultrafondus.net/index.php?option=com_content&view=article&id=95%3Acourir-moins-pour-courir-plus–la-methode-cyrano&catid=34&Itemid=100022&lang=fr
    Cette méthode Cyrano concerne à la base les 100km et les 24h, mais cela peut servir de point de départ à la réflexion. Ce qui est certain en tout cas, c’est que pour l’adapter au trail, il faudra tenir compte du dénivelé. Ce qui risque de faire autant de stratégies que de courses… mais s’il y avait une unique solution miracle, ça serait trop facile 😉

    1. @mathieu: merci, j’avais oublié cet article très bien fait et qui nous rappelle quelques évidences.
      Depuis ce matin, je me suis rappelé quelques vidéos comme celle de Thomas Lorblanchet aux Templiers en 2010 que l’on voit grimper efficacement en marchant et reprendre de suite en haut de la longue côte en footing. Les bâtons sont une aide pour qui les maîtrise mais la reconnaisance du parcours et la décision en amont d’alterner marche et course sont des éléments décidifs. Ce qui fait l’efficacité de Sebastien Chaigneau, c’est sans doute de bien choisir les portions où il utilise ses bâtons.

  6. Coucou, si les bâtons contribuent a une hausse du rythme cardiaque, si tu prends des bâtons tu pousses dessus, sinon a quoi bon ? En tout cas, la video, elle fait mal…..:)

  7. Perso j’ai jamais pris de bâtons, pas par conviction mais parce que ça ne me semble pas naturel. Si j’avais 10 ans de ski de fond ou ski de rando derrière moi peut être que le geste serait complètement incorporé et m’apporterai un gain appréciable en repartissant une partie de l’effort sur le haut du corps.
    Tout comme Lexel j’aime pas non plus avoir des trucs dans les mains.

    Si on regarde bien le milieu et fin de peloton, beaucoup de personnes ne font que traîner les bâtons, on ne voit pas de poussées dessus. Donc pour beaucoup de personne je ne vois pas trop l’intérêt de cet outil, à moins qu’il y ai un effet placebo 😀 

    Par contre je pense que la poussée avec les mains sur les genoux peut aussi apporter une bonne aide sur des pentes à très fort pourcentage.
    Killian l’explique ici : http://www.youtube.com/watch?v=zxBo7nnAMVE&feature=related

    1. @Bruno : oui, tu as raison pour le geste. D’ailleurs, j’apprécie d’autant plus les bâtons que je fais de la marche nordique en complément de la CAP depuis un peu plus d’un an. Clairement, cela m’a aidé à avoir un geste naturel et à travailler la poussée.
      C’est une question très personnelle en réalité et c’est justement pour cela que l’effet placebo y a toute sa place…

      1. pas bête l’idée de l’effet placebo 😉
        et histoire de ne pas faire avancer le schmilblick, kilian qui fait du ski alpinisme tout l’hiver, avec des bâtons donc, n’en prend pas pour courir.
        pourtant il doit avoir l’habitude de pousser sur les bras dans les montées !

      2. Autre contre exemple… sa montée au mont olympe était très technique et sans bâton…

        Et sur là saintélyon l’année dernière tu avais des bâtons ? Je pense que ça m’aurait gêné plus qu’autre chose.

        Ça reste vraiment un feeling perso selon moi et sans règle « scientifique » pour calculer une perte ou un gain de vitesse, bpm…

        Mais bon, faudrait que je trouve 2000m de D pour essayer 😉

      3. @Julien : non, pas de bâton sur la STL car pas assez de pente selon moi, la course est très roulante finalement, mis à part le verglas et le froid 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :