Le souvenir lactique de l’effort

Une mine, une bonne grosse mine…de celles, vous savez, qui vous retournent le palpitant pour plusieurs minutes et vous coupe le souffle. Des sorties comme celle-là, nous n’en faisons que quelques unes chaque mois, souvent pour le travail de fractionné au seuil ou de côtes. Depuis cette longue convalescence, j’ai oublié à quoi pouvait ressembler un footing dans la rosée du petit matin, le soleil à peine levé, le goût de sel dans ma bouche, celui de ma peau moite. Surtout, j’ai perdu la sensation de mes jambes douloureuses après l’effort intense, celle-là même qui reste pour moi un des rares moments où j’ai l’impression de faire plus qu’être le simple locataire de ce corps…

La reprise est là, et ce week-end, pour la première fois depuis longtemps, j’ai eu un peu mal aux jambes : le souvenir lactique de l’effort m’est revenu.

 

Publicités

13 commentaires sur “Le souvenir lactique de l’effort

Ajouter un commentaire

    1. @Julien : ce type de séances m’a toujours fait peur…les 400 m, c’est très difficile à encaisser et très difficile aussi de garder les chronos stables. Bon courage, j’attends ton rapport !

      1. me voilà chef.
        tout c’est bien passé 🙂
        Le garmin est vraiment utile pour être régulier, pas se griller tout de suite, mais sans pouvoir se relâcher non plus malgré la monté lactique !
        Surtout à 95% de vma plutôt que 100, c’est une de mes séances préférée avec vraiment la sensation de vitesse !

        http://www.dailymile.com/people/ijuju/entries/9788529

        Ps : désolé si ça te met l’eau à la bouche. Mais tu vas bientôt y goûter !

      2. yes, tu l’as fait ! j’arrive pas à bien lire les données. Tu as tourné tes 400 en combien et avec combien de tps de récup’ entre chaque ?

      1. @julien : je pense en avoir encore pour deux mois de footing lents et beaucoup de musculation des ischios. Le fractionné, ce n’est pas pour tout de suite.
        Mon planning de compétition reprendra en janvier avec les cross et j’espère le Pilat Winter Trail.

  1. Superbe nouvelle !! Yes !! Trop content pour toi !
    Le corps sort de sa douce léthargie et te le fait comprendre ! 😉
    Pas trop d’euphorie, dans un premier temps, il va falloir calmer la « bête » qui sommeille !
    Chevronné dans la tête, mais le corps est presque retourné au stade de débutant. Il faudra redoubler d’attention.

  2. C’est comme la conduite, ça se perd pas…Il faut juste le temps de retrouver ces marques et ses sensations et t’es sur la bonne voix.
    Je repense souvent a ton billet où tu te comparais à ton poisson rouge!
    Te voila sorti du bocal pour de bon! Au fait, tu lui a trouver un nouveau logement? 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :