10 mm by asics

Avec la reprise (lente) de l’entraînement, je constate depuis quelques jours que plusieurs de mes runnings sont au bout du roulot !

Quel heureux hasard alors même que je fête mon quarantième anniversaire…mes Cascadias out, mes Asics Attack out, mes Ravenous stability out…tout cela sans courir ?! Bon, elles étaient au bout et j’ai quand même beaucoup marché ces derniers mois, et croyez-moi, pas en mode pèpère.

Tout cela tombe plutôt bien car je suis allé à la conférence de presse de rentrée de Asics. Je m’y suis rendu au départ pour la gamme trail (je reviendrai dessus prochainement) mais à peine arrivé, j’ai aperçu les toutes nouvelles Gel 33 : un modèle qui s’inscrit dans le courant technique minimaliste, mais qui est résolument à l’opposé, selon moi, des bouts de gommes qu’on retrouve sur le marché sous cette appellation.

Non, la 33 reste une vraie running, pour la route et la forêt mais elle propose des innovations utiles : tout d’abord, il y a ce tout petit drop entre l’avant de la chaussure et le talon, de 10 mm. Cette faible différence d’élévation répond à une attente des coureurs minimalistes qui recherchent des modèles peu élevés, là où traditionnellement, les running sont très au dessus avec un talon surélevé. Ce choix technique permet de privilégier une pose du pied plus en avant sans rogner pour autant sur l’amorti du talon (la technologie Gel est présente).

La 33 propose également une nouvelle membrane placée sous la voute plantaire (on la voit en bleu ci-contre) et qui a pour objectif d’accroître la propulsion de la foulée le plus naturellement possible.

Avec la 33, on reste dans un modèle de running qui propose de l’amorti tout en apportant une évolution raisonnable sur le plan de la conception biomécanique …histoire de courir autrement sans se blesser.

Bref, tout cela me plaît beaucoup, car ayant été fan pendant des années de la DS Trainer pour sa légèreté et qualité d’amorti, je dois dire que cette petite 33 m’a tapé dans l’oeil !

Coming soon : le prix conseillé et le poids de la chaussure…et un test.

Publicités

9 commentaires sur “10 mm by asics

Ajouter un commentaire

    1. @lamiricore : oui, moi aussi mais faut être patient car la gamme 33 est déclinée en plusieurs versions et celle qui nous conviendra le mieux sera en boutiques spécialisée en Novembre.

  1. 10mm de drop c’est quand même pas mal éloigné du minimalisme.
    il faudrait mettre le pied dedans mais c’est à mon avis beaucoup plus proche des running classiques et leur 12mm que des chaussures de « transition » un peu plus plates que l’on trouve chez Saucony et Brooks par exemple.

    Du coup le talon « dépasse » et on le pose en premier au détriment du milieu / avant du pied

    Tu t’engages dans cette voie ? (il me semble que tu as des munimus)

    J’ai des Mirage de chez saucony depuis quelques temps et j’en suis bien content.
    Si tu as l’occasion d’essayer, elles sont assez plates, un peu plus stabilisées que les célèbres kinvara et avec un amorti sensiblement plus ferme… mais tu sembles sentimentalement assez accro aux asics 😉

    PS : ton dernier green shot doit encore faire effet. Tu sembles avoir confondu l’abréviation des millimètres avec celle de ton allure de course 😉

    1. @Julien : disons que je regarde en quoi ce type de modèles pourrait m’être utile. 10 mm, c’est une étape pour abaisser le talon et c’est pour cela qu’on ne peut pas parler de minimalisme. Je trouve cela assez pertinent en matière de choix car il y a déjà du monde sur le minimalisme et de très bons modèles. J’aime beaucoup asics, un savant mélange de sagesse et d’innovation pour moi.
      Pour la Minimus de NB, je l’utilise depuis 1 mois (1 à 2 fois pendant 30 à 40 mn) et je ferai prochainement un premier bilan mais j’aime beaucoup.
      Bien vu les « mm » ! à ce niveau, je parlerais même de lapsus…

      1. j’avoue qu’après avoir attaqué bille en tête avec le très minimaliste (vff et merrell) je reviens vers une chaussure de transition avec bonheur pour continuer à chercher ce qui m’attire dans le minimalisme (proprioception, légèreté, renforcement) tout en allongeant plus sereinement la distance.

        Ton expérience sera très intéressante à suivre !

      2. @julien : je crois que chaque coureur, avec son profil, son histoire personnelle de la CAP, ses antécédents de blessures doit prendre le temps de choisir ce qui lui correspond. Pour ma part, je ne me sens pas d’aller vers des modèles « ultra light » . la Minimus est encore différente à mon sens et je l’utilise pour une raison bien particulière de travail sur la posture et de re-musculation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :