Depuis le début du mois d’octobre, je m’entraîne avec de nouvelle running, les Asics Sensor 5, dans le cadre d’un essai produit. Chausser des Asics n’est pas une nouveauté pour moi puisque j’ai longtemps couru en Gel Attack et avec une grande satisfaction d’ailleurs.

Je totalise encore peu de kilométrage, autour de 60 Km et pas de sorties longues puisque je reprends progressivement. Je livre donc dans cet article mes premières impressions :

Le chausson : après le contact visuel, la sensation, lorsqu’on chausse une running, est pour moi un premier élément critique. Je n’ai jamais apprécié une chaussure dont le premier contact était décevant. L’inverse en revanche est arrivé comme par exemple avec les Salomon 3D Pro. Le chausson de la Sensor est très confortable malgré une tige très basse (la plus basse de la gamme Trail selon le fabriquant) qui aurait pu laisser penser à un moindre confort. Pas du tout, la sensation d’enveloppement du pied est très agréable et le fait qu’elle monte peu au niveau des chevilles donne une impression de mobilité accrue. L’intérieure est bien rembourrée sans trop en faire non plus.

Le laçage : les lacets sont très fins et au départ, j’ai redouté un problème au serrage mais au contraire, il est particulièrement efficace et la languette dispose d’une petite poche pour y insérer les lacets une fois noués (comme chez Salomon et Lafuma) – ça ne bouge plus ensuite ! L’efficacité du laçage est renforcée par la juxtaposition de deux tiges, ce qui permet de bien verrouiller le pied latéralement – sur le site Asics, on peut lire « Le système Inner Lock Lacing System récompensé s’associe au dispositif Flexion Fit pour créer un format sécurisé et une protection de la tige« . Bon, ce que je peux dire, c’est qu’en course, le pied est bien calé et ne bouge pas. Ce système est nouveau pour moi car il n’était pas sur mes Attacks et je le trouve vraiment innovant.

La Sensor aurait pu s’appeler la «Tractor »…mais c’est sans doute moins vendeur et n’exprimerait pas son confort de type « Limousine du trail ». Pour autant, elle est très accrocheuse et accrochante surtout. Bien que ne n’allant pas à plus de 13 km/h actuellement, elle donne bien pas temps de pluie et accroche sur les sols gras. Il faut dire que le cramponnage est costaud.

Le dynamisme : il me semble très bon malgré la structure de la chaussure, son confort et son poids de 350 gr mais là, il me faudra attendre un peu pour envoyer du bois et la mettre à l’épreuve car je ne peux pas actuellement. J’ai tout de même été étonné de sa réactivité en faisant quelques accélération en forêt. A suivre donc au prochain épisode…

Bon, il n’y a donc rien à redire de négatif ? si, peut-être un petit point noir sur son étanchéité. La tige est très aérée, donc super respirante mais du coup, je trouve que par temps humide et pluvieux, elle capte et garde un peu l’humidité. Attention, je dis cela toute proportions gardée car il s’agit d’un modèle standard sans membrane, donc, on ne peut pas non plus avoir le buer et ….Pour gérer ce petit problème, je la laisse sécher à l’intérieur de la maison et non dans le garage (où il fait plus frais) et là, plus de problème.

Je suis emballé par ce modèle et je comprends vraiment à chaque fois que je chausse des Asics pourquoi on croise tant de coureurs qui chaussent la Trabuco ou les Attacks : nous avons avec cette marque de la bonne conception, une qualité de finition irréprochable et un vrai talent pour mixer tous les attributs d’une bonne chaussure de trail.

Prochain bilan à 150 km !

PS: Je n’ai pas testé la protection (avant/arrière) car je ne fais que de la forêt. Je vous parlerai donc de cette aspect la prochaine fois. En attendant, je vous laisse regarder la protection du talon par une membrane externe qui semble très sérieuse.