Test du coupe-vent Trail Fire Columbia

Bon, je préviens tout suite pour éviter les déceptions : non, je n’ai pas couru dans ma douche, je n’ai pas non plus demandé aux sapeurs pompiers de Coubron de m’arroser avec une lance à eau, je ne me suis pas étiré devant ma voisine lorsqu’elle arrosait son jardin…j’ai simplement couru dans la forêt avec ce coupe-vent :-(

Grâce à des conditions météo exceptionnellement favorables ces dernières semaines, j’ai donc pu achever le test du nouveau coupe-vent Trail Fire de Columbia commencé en février (mais il faisait alors trop beau). En fait, plus qu’une nouveauté, il s’agit d’une réédition dotée de la technologie thermo-réfléchissante Omni-Heat, une membrane qui réfléchit la chaleur corporelle… J’ai déjà la version précédente de ce coupe-vent (collection 2010) et je me suis toujours dit que c’était une perle : comme tout coupe-vent, il est déperlant mais surtout, il est ultra léger et cela même lorsqu’on prend l’eau !

Les principales caractéristiques de cette veste sont :

- 3 poches zippées (2 au niveau de la ceinture et une de la poitrine)

- Un cordon de serrage à la taille

- Des poignets élastiques

- Une capuche (pas de poche zippée pour le rangement)

A cela, il faut ajouter l’intégration de la membrane Omni-Heat, déjà largement utilisée chez Columbia pour la gamme de produits ski/montagne. Cette membrane comporte des micro-capsules en alu qui permettent de réfléchir la chaleur corporelle (jusqu’à + 20 % en moyenne selon Columbia).

Comment et où utiliser ce Trail Fire ?

C’est le moment de débattre sur la respirabilité des vestes qui protègent du froid, du vent, de la pluie…les marques ont fait des efforts important ces dernières années mais si on veut qu’une veste protège bien, forcément, elle a une contrepartie, alors imaginez un peu lorsqu’elle intègre une technologie pour apporter de la chaleur ! Pour ce qui me concerne, je considère que c’est un faux débat car lorsqu’on court, et particulièrement pour les longues distances, on transpire, même beaucoup ! La qualité d’une veste peut contribuer à limiter un peu et à retarder l’effet de chaleur, d’humidité ressentie (les deux cumulés = effet cocotte minute) mais le matériel ne contrôle pas le corps, tout juste il aide à sa thermorégulation ! Du coup, je me concentre plus sur l’usage que je fais de mes vestes et en la matière, j’en ai testé pas mal : Coupe-vent Concurve, gilet Gore, Wind Stopper Gore, etc.

Le coupe-vent Trail Fire apporte de la chaleur et c’est indéniable : tant mieux ! au moins, lorsqu’après 2h00 de course en pleine nature, le temps se couvre et que la pluie arrive, parfois accompagner du vent, il fait son job et isole bien des intempéries. Je trouve que c’est exactement ce pour quoi on achète un coupe-vent.

Attention, ce n’est pas une étuve et pendant ce test, j’ai fait plusieurs sorties avec une première couche et le coupe-vent sans souffrir d’aucun problème de surchauffe mais les conditions météo étaient vraiment mauvaises.

Le plus du Trail Fire, c’est son poids, il est ultra léger et pour moi, c’est un vêtement parfait pour le sac de trail en ultra, sachant qu’il est obligatoire de présenter une veste technique de protection.

Mes usages préférés :

J’ai adoré l’utiliser par temps frais (entre 10 et 5°) avec un tee-shirt manches longues pour courir léger ;

J’ai surtout pris mon pied pour les séances croisées lorsqu’après une heure de footing, je repartais pour une sortie en VTT : dans ces cas là, on a transpiré et le froid est cinglant, parfois limite tolérable sous l’effet de la vitesse. Avec le coupe-vent, j’étais protégé et l’effet de chaleur après quelques minutes était très appréciable ;

Je déconseille totalement de le porter d’emblée pour courir par temps modéré car là, vous allez avoir chaud et ce n’est pas sa fonction. Je le trouve vraiment bien pour des seconde partie de trail, après quelques heures de course lorsqu’on commence à avoir des frissons et à ressentir le froid.

Depuis 2010, il est dans mon sac pour chaque Trail, je ne me pose même plus la question ! Je l’avais au marathon des Templiers et lorsque j’ai eu ma « grosse » défaillance à la mi-course (n’est-ce pas Mr Lexel ?) pour terminer en plus de six heures !! je peux vous garantir que j’ai apprécié de pouvoir me couvrir avec lorsque la nuit tombait, et que bien trempé, je ne pouvais que marcher sous le coup de la fatigue…

Sachez enfin qu’on trouve le Trail Fire sur Internet au prix moyen de 99,00 €.


About these ads

7 réflexions sur “Test du coupe-vent Trail Fire Columbia

  1. Si tu n’as pas mis sous l’eau avec les pompiers ou courir en boucle sous une cascade, t’as pas testé :D

    Elle a l’air cool cette veste, genre pour les sorties à skis de printemps.

  2. Ping : Test du sac Quechua Extend 0-12 L | RunOnline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s