Eco-trail de Paris 2013 : percer le mystère de l’Ouest

Il y a tout de même quelque chose de singulier avec l’Eco-trail de Paris, lorsqu’on discute entre coureurs, les amateurs de trail disent souvent « bof, l’Eco-Trail, c’est tout plat… », sous-entendu circulons y’a rien à voir. Cette pensée m’est aussi venue plusieurs fois  alors que j’ai participé à la seconde édition (50 km). Je suis allé à cette Reco nocturne hier sans a priori et pour essayer de comprendre un peu plus qui est derrière cette course qui fait désormais partie du circuit TTN et qui est une formidable vitrine pour tous les autres trails de la région…

J’ai rencontré une partie de l’équipe et des coureurs très sympas, j’ai aussi pris beaucoup de plaisir pendant cette sortie très grasse et humide, en alternant des côtes, faux plats, descentes, etc. La forêt de l’Ouest de Paris est un vrai terrain e trail, pas pentu mais vraiment très agréable et c’est ce qui fait son attractivité en fait. Cette sortie m’a également permis de réviser un peu :

Enseignement n°1 : une virée nocturne le vendredi soir, c’est (trop) bon

Oui, il y a plusieurs façons de terminer sa semaine de boulot  au bistrot, en remplissant le frigo, en prenant l’apéro. Nous hier soir, nous étions une petite trentaine à avoir fait le choix de ce rendez-vous et cela formait un groupe à taille très humaine. Divisés en deux selon notre allure de course, les échanges se sont vite développés pour passer un très bon moment.

annevaleroEnseignement n°2 : c’est bien de réviser ses bases avec Anne Valéro and Co

Le groupe que j’ai choisi est celui d’Anne Valéro et de plusieurs membres de l’organisation dont Hervé Pardailhe-Galabrun, le directeur de course. D’autres accompagnateurs sont également présents avec un « CV » plutôt sympa garni d’UTMB, de CCC, de raids. Dans la forêt immense, on entend le h… non, en fait, on entend rien sauf nous ! Anne nous raconte que la veille au soir, en faisant son footing à Annecy, elle est tombée face à face avec un truc noir qui a déboulé sur elle avant de s’enfuir : un lynx. « Vous avez de la chance ici, au moins, y’a pas de lynx ! » nous dit-elle. Nous, on a trouver ça top🙂

Le footing est l’occasion de prendre pas mal de conseils sur la pause de pied, les techniques de montée et de descente en trail – Anne nous fait généreusement découvrir l’exercice en myo cross max avec chaise et côte immédiatement enchaînée.

Le terrain est très gras, très glissant par endroit et nous avançons sur de petits single et je me dis que cette forêt de l’ouest a quelque chose de très sympa – je repense au Off de St Cucufa avec Julien.

En courant, je partage quelques souvenir avec Hervé de la STL de 2010, sous la neige et sur le verglas… j’aime bien ces discussions et rencontres en trail : suffisamment simples pour te permettre d’échanger librement tes sentiments, souvenirs et aussi un peu superficielles aussi, mais c’est ce qui fait qu’on est toujours 100 % d’accord🙂

Enseignement n°3 : en trail, rester attentif au terrain jusqu’à l’arrivéerueecotrail

On le sait, avec la fatigue qui s’installe (et aussi les jambes dures après le coup de la chaise avant de grimper des côtes !!!), le risque de chute est plus grand, même en forêt  de Chaville ! Cela n’a pas loupé et il y a eu quelques chutes qui auraient pu faire mal dans les deux derniers kilomètres de notre sortie. Vigilance donc.

De retour au stade de Chaville, nous avons débriefé, pris une bonne petite soupe chaude…bref, une fin de soirée cool, une fin de semaine qui permet d’aborder le week-end détendu : c’est pas bon ça ?

Merci à Hervé, Anne et les accompagnateurs pour cette petite balade nocturne. Je n’ai pas percé le mystère de l’Ouest mais j’ai encore pu constater que la magie à opéré : cette terre est bien sympathique à courir et je regrette de ne pas courir l’EcoTrail de Paris cette année (le 30 m’aurait bien tenté).

A venir, j’ai achevé le test de mes Mizuno Ascend…

8 thoughts on “Eco-trail de Paris 2013 : percer le mystère de l’Ouest

  1. perso, j’adore cette course qu’est l’écotrail, avec un faible pour le 50 kils, vu que que c’est assez compliqué de s’enquiller 80 pitons à la mi-mars. Je garde de ces parcours un super souvenirs, avec une bien belle organisation et beaucoup de partage avec les clients qui y participent fort nombreux…. Dommage que je n’en soit pas cette année….

    1. @Agnès: t’as bien raison, le format 50 km est vraiment sympa, ça reste pour moi un souvenir énorme puisque j’y ai découvert que je pouvais courir plus qu’un marathon…enfin un tout petit peu plus.

  2. J’aime bien ce « débat » sur le trail en forêt parisienne. Surtout que je suis en plein dedans, pas motivé par l’écotrail (surtout sans tour Eiffel…) mais très attiré par les sentiers qui sont mon terrain de jeu presque quotidien, tout en rêvant de courses en montagne…

    L’appel de la forêt reste fort. Ici tous les bois se connectent par moins de 2km de bitume.

    Alors je crois qu’il faut juste laisser ça aux râleurs, aux commerciaux du running ou aux nombrilistes, et faire ce que l’on veut, avec envie (et c’est important l’envie quand il faut s’entraîner pendant de longues semaines pour de si longues courses…)

    Et pour ce qui est d’un petit off de 30 bornes autour de Saint Cucufa, ça peut s’organiser… début avril…

  3. Sympa ton article !! L’Ecotrail est une course bien sympa, et sachant que tu connais également les trails de montagne avec des superbes paysages à perte de vue, cette course est une belle mise en bouche pour celles et ceux qui habitent la région parisienne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s