La Traversée du Verbier St Bernard en Hoka : retour d’expérience

Quand tu chausses une paire de Hoka au départ d’un trail, il faut t’attendre à deux types de réactions : la curiosité et l’incrédulité. D’ailleurs, c’est souvent l’incrédulité (c’est quoi ces trucs ,!) qui précède une forme de curiosité quasi envieuse… j’ai pu vérifier tout cela lors du (superbe) trail Verbier St Bernard il y a un mois. Voici ce que je peux dire de cette nouvelle expérience :

Pourquoi choisir des HOKA ?

Pour ce qui me concerne, la réponse est évidente et se résume à deux mots « confort » et « rendement ». J’ai testé cette marque pour la première fois sur le trail du Ventoux en 2012 et l’impression de confort liée essentiellement à son amorti m’a particulièrement plu et convaincu. Plus que toute autre marque de chaussure de running, il faut essayer les Hoka sur un trail pour se faire une opinion. Un footing de test vous permettra d’apprécier le confort; de ressentir les sensations assez uniques que procurent la chaussure mais pour lever quelques freins que j’entends souvent sur la stabilité, et le dynamisme, il faut courir avec un trail un peu engagé. On apprécie alors les qualités de la marque ou pas et cela peut arriver car on aime ou non les sensations en Hoka, il n’y a pas de demie mesure…

Lesquelles choisir ?

C’est vrai que depuis la création de la marque en 2009, le concept s’est bien développé et très nettement amélioré sur la plan de la conception et de la fabrication aussi pour apporter des produits finis plus ciblés aux besoins des coureurs et aussi plus solides même si sur ce point, j’ai encore quelques attentes.

La gamme est donc aujourd’hui très complète avec des modèles offrant un max de drop (Mafate) ou moins (Rapa Nui), beaucoup de protection (Mafate) ou un peu moins (Stinson ou Rapa Nui)… pour la route (Conquest), pour les sentiers peu techniques, la forêt (Bondi)…bref il y en a pour tous les goûts et même toutes les couleurs !

Faites vous conseiller avant d’acheter, il y a pour cela le Hoka Test Tour ou les boutiques spécialisées. A Paris, vous pourrez parler des Hoka avec Agnès chez Team Outdoor – j’y ai acheté mes Stinson Evo.

Tout savoir sur HOKA et les différents modèles ici.

IMG_1335[1]Le Verbier en Hoka One One Stinson Evo

J’ai choisi de courir à Verbier avec les Stinson Evo. Je connaissais déjà la Mafate et la Bondi mais je voulais un modèle moins « imposant » que la Mafate et pour les sentiers de Verbier, la Bondi n’est pas assez typée trail à mon sens.

La Stinson est un modèle universel, avec différents drops (sous Meta: 26mm – sous Talon: 32mm / Drop: 6mm) et une protection suffisante à mon avis. Son poids est de 320 gr en taille 42, ce qui est très bon par rapport au marché de la chaussure trail standard (hors minimalisme).

Je voulais des Hoka pour courir la TVSB car je savais que j’allais courir longtemps et l’amorti devient dans ce cas un point clé pour moi qui suis fragile de la zone lombaires. Je dois dire qu’après un peu moins de 14h00 d’effort, elles ont plus que fait le job et j’ai pris du plaisir à les chausser : je ferais le même choix si c’était à refaire.

Les conditions météo n’ont pas été bonnes cette années et il y a eu beaucoup de boue surphoto 2(7) les sentiers, ça patinait sévère pour tout monde et là, que tu sois en Hoka ou en Speed Cross, on était tous logés à la même enseigne ! Pour autant, je n’ai pas plus galéré que les autres et je dirais même que parfois, j’avais plus d’assurance pour rentrer dedans et dévaler les pistes boueuses…ce qui m’a valu quelques glissades que j’ai rattrapé grâce aux bâtons. Le cramponnage est meilleur à mon sens que celui de la Mafate, et cela se retrouve au niveau de l’accroche qui pourrait malgré tout être encore améliorée pour les sols humides (notamment les pierres).

Pour ce qui est de la stabilité de la chaussure qui est tout de même un peu « perchée » en hauteur, je ne me pose pas vraiment de questions car je strapes systématiquement les chevilles sur un trail comme le TVSB, à partir de là, plus de problèmes. La semelle de la Stinson a une bonne assise cependant, bien meilleure qu’une Bondi qui est plus étroite et donc un peu moins stable pour moi, c’est pour cela que je mets les Bondi pour les sentiers peu techniques et la forêt (un pur bonheur).

Et la solidité alors ?

Il est encore un peu tôt pour juger ma paire de Stinson Evo mais elle a bien résisté aux conditions difficiles de Verbier, la semelle est impec’ et le mesh qui a pris un petit pète  est aussi en parfait état. Si j’en juge par rapport à mes deux autres paires (Bondi et Mafate), la qualité de la gomme des semelles s’est nettement améliorée, ce qui est une excellente nouvelle pour des chaussures de trail !

Hoka est une histoire de sensations alors je laisse à chaque coureur le soin de se faire la sienne mais surtout, testez dans de bonnes et de vraies conditions car cela change tout !

D’autres tests et opinions à lire :

Johan de dosedetrail est un autre (grand) amateur de HOKA

Track&News test de la Stinson Evo

Wider mag test de la Stinson Evo

 

 

 

 

One thought on “La Traversée du Verbier St Bernard en Hoka : retour d’expérience

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s