Ré-athlétisation et marche nordique : doucement mais sûrement

Valmenier 2014Je me souviens encore lorsqu’en 2009, dans le bois de Coubron, j’entendais quelques (mauvaises) blagues fuser du genre « elles sont où les pistes s’il vous plait ? » ou encore « la montagne c’est tout droit m’sieur ! »…soit.

Je faisais donc un peu sourire mais à l’époque, je pensais très fortement que la marche nordique présentait de sérieux atouts comme complément de mes sorties CAP et très vite, j’ai aussi compris que je pouvais l’utiliser en priorité sur la CAP en cas de blessures. A l’époque, je l’ai fait de façon intuitive en me disant que les bâtons me permettraient de soulager les articulations, limiter les ondulations musculaires ??? Bref, de reprendre plus vite l’entraînement notamment en fonction cardiotrainning et sans risque de rechuter.

Il y a deux ans, je me suis donné comme challenge d’aider Marie à non seulement retrouver une forme physique optimale mais aussi à apprendre à courir et tout cela en utilisant la marche nordique comme support principal : une pure démarche de ré-athlétisation. La suite, c’est une montée en puissance en temps d’entraînement (de 20 mn à 1h15 aujourd’hui) et en distance (de 5 km à … 30 km lors du trail des Cerfs en mai dernier !).

photo-41L’enseignement ?

On connaît tous désormais l’intérêt de la marche nordique (avec un geste technique correct) sur le plan cardio et musculaire, on le découvre de plus en plus dans son expression athlétique avec des capacités de vitesse allant jusqu’à 9 km/h et là, je vous dis qu’il faut envoyer du lourd mais attention, pas au détriment de la technique encore une fois – je croise régulièrement des pratiquants dont le geste est étriqué et brutal, ce qui n’est pas le but et peut même s’avérer contre-productif.

La découverte ?

Je parle de « découverte » car c’est quelque chose que je n’attendais pas forcément au regard de ma pratique mais que je constate depuis en observant autour de moi, en particulier Marie, et en échangeant avec d’autres personnes : le gain de confiance.

La pratique très progressive de la marche nordique permet une montée en puissance par palier qui est très favorable à la prise de confiance de l’athlète et ça, c’est vraiment top ! En particulier pour des personnes qui ont besoin de retrouver une capacité physique amoindrie par la blessure, ou simplement de retrouver des sensations perdues par une hygiène de vie moins bonne (prise de poids, etc.). Le risque de décourageux est réel sans condition physique mais la MN est très abordable donc elle favorise le plaisir et la prise de confiance personnelle dans le temps.

je ne dis pas que la marche nordique n’est pas une solution miracle mais je crois qu’elle peut représenter une excellente alternative à pas mal de techniques de reprise de l’entraînement.

A l’heure où les premières compétitions émergent, ainsi que la tenue prochaine en 2015 d’un championnat de France organisé par la FFA, il faut considérer cette discipline comme un « couteau Suisse » où chacun(e) peut trouver un bénéfice temporaire ou permanent pour se maintenir en bonne condition.

La prochaine étape de mon expérience pratique, c’est dans une semaine… j’en dis pas plus mais si « on » gagne notre pari, ce sera champagne😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s