Polar vise juste

Autrans

Il y a un peu moins d’un an, je participais au voyage de presse Polar à Cannes pour la présentation et le test de la V800 sur le triathlon international : une première pour moi, et un événement tellement fort en sensations que j’avoue être passé un peu à côté d’un point technique essentiel, la plateforme Polar Flow. J’ai définitivement adopté depuis la montre GPS V800 pour mes compétitions car je la trouve parfaitement adaptée à mes besoins et d’une précision irréprochable, je l’ai bien entendu utilisée pour chacun de mes triathlons ou duathlons réalisés depuis car elle est taillée pour le multisports mais côté plateforme, je n’ai pas tiré tous ses bénéfices…

A Autrans, j’ai participé à un nouveau voyage de presse (une nouvelle aventure sportive je peux même dire) pour le lancement de la nouvelle M400 avec la ferme intention de profiter du week-end pour réaliser une séance de rattrapage et enfin utiliser pleinement la montre et sa plateforme.

Retour aux sources avec les sorties en ski de fond

DCIM100GOPROIl y a bien 8 ans que je n’avais pas chaussé des skis de fond mais c’est comme le vélo visiblement, on n’oublie jamais et en quelques minutes, le geste est revenu et j’ai retrouvé progressivement l’équilibre. Equipé de skis destinés au pas « parallèle », nous avons bénéficié du domaine skiable d’Autrans qui est l’un des plus vastes en France avec 130 km de pistes dédiées au ski de fond. Cette première activité a été l’occasion de prendre des mesures avec la M400 et de façon surprenante, de constater sur Polar Flow que ma courbe cardio était très irrégulière ; sans doute le fait d’une foulée chaotique et aussi des phases successives d’arrêts et de déplacements à ski…

Je m’attendais tout même à une FC plus basse, IMG_2794ce qui n’a pas vraiment été le cas (pics à 160 plus et +) et s’est confirmé le lendemain. L’avantage est qu’en pouvant connecter ma montre avec mon mobile, j’ai de façon instantanée récupéré mes données là où d’ordinaire, je ne regardais que la montre où alors j’attendais un peu avant de télécharger les données sur la plateforme. Je reconnais qu’aujourd’hui, il est facile de capter des données de course et de les consulter sur son mobile, ce ne sont pas les apps qui manquent  et d’ailleurs, Polar étudie une compatibilité avec Strava.

Les données affichées sont simples et très lisibles : détail de la FC par zone de travail, vitesse, dénivelé, cartographie. Des indications pratiques qui suffisent à analyser une séance et c’est ce qui me plaît car la simplicité est un critère clé selon moi dans le choix d’une montre GPS running, mon temps d’entraînement doit d’abord être consacré à la course, pas à l’usage de la technologie.

Apprentissage du biathlon et découverte d’un univers passionnant !

Chez Polar, on aime bien le multisports et donc en hivers, on fait du biathlon ! Nous devions participer aux Foulées Blanches mais les conditions météo capricieuses en ont décidé autrement, soit ! Le biathlon a été une formidable découverte, cependant, Martin Fourcade peut resté serein (et il l’est d’ailleurs) car si je ne tire pas trop mal (5 tirs/5 cibles IMG_2388touchées lors des essais couché au sol), l’exercice s’est révélé beaucoup plus délicats lors de l’enchaînement ski/tir… normal car lorsque tu arrives au taquet en ski et que tu attrapes le fusil laser, tu comprends très vite que la respiration est un facteur clé de réussite ! Avec un peu de pratique et les conseils donnés par une équipe de préparateurs, l’exercice est devenu possible et très exaltant.

Cette expérience m’a d’ailleurs donné des sensations assez proches de celles ressenties en triathlon, sans doute l’adrénaline liée à l’enchaînement des disciplines, et l’excitation de la nouveauté. J’ai vraiment beaucoup aimé cela d’autant qu’en biathlon, il faut savoir gérer deux activités très différentes, l’une particulièrement physique et la seconde nécessitant un travail de concentration et de recentrage sur soi assez complexe au début.

Polar Flow : MAJ réalisée avec succès !

Bon, je n’étais pas particulièrement fier d’avouer à l’équipe Polar que bloqué depuis des mois sur un problème de connexion avec la plateforme bêta Polar Flow, je n’utilisais que 30% au mieux des fonctions de ma V800…

Après avoir compris que je devais simplement abandonner la plateforme de test pour m’enregistrer sur celle qui est désormais totalement fonctionnelle, tout est devenu si simple !

J’ai désormais deux montres de connectées : la V800 que je réserve aux compétitions et au triathlon et la M400 pour l’entraînement et la pratique pure du running.

Focus sur la M400IMG_2399

Avec ce modèle, la marque Polar vise la majorité des sportifs à l’exclusion des sports outdoor extrêmes en particulier en raison de son autonomie : jusqu’à 8h d’entraînement (avec utilisation du GPS et de la FC), 24 jours en mode horaire avec suivi de l’activité quotidienne.

Toutes les caractéristiques techniques sont consultables sur le site dédié ici

Pour ma part, je trouve cette montre très intéressante car elle permet d’accéder aux contenus de la plateforme Polar Flow qui est très évolutive (la montre aussi d’ailleurs avec des MAJ régulière comme c’est déjà le cas pour la V800) : à chacun ensuite de « faire ses courses » selon ses besoins de données (profils, tracer d’activités, smart coaching, test fitness, programmation de séances, etc.).

L’ensemble reste simple et accessible immédiatement donc, pas besoin de passer des heures à déchiffrer des datas, ce qui reste pour moi encore une fois un critère déterminant car avoir des chiffres est une chose mais à quoi bon tant de gourmandise lorsqu’on manque déjà de temps pour notre pratique !! Ici, on peut aller à l’essentiel avec un maximum de détail, c’est juste bien ciblé et cela permet à Polar de démontrer sa maîtrise du sujet après une montre RC3 un peu critiquée…

Sur le plan de la fabrication, les matériaux sont simples mais le design est moderne et les boutons faciles à activer, y compris avec des gants ! Peut-être que sa taille conviendra mieux à un public masculin que féminin si l’objectif est de la porter en permanence mais quand je vois les tendances du marché en matière de montres, c’est un choix très personnel en fait…

Le prix de la montre varie de 160 à 200 € selon qu’on souhaite l’émetteur de FC ou non, ce qui est un très bon rapport qualité/prix.  Pour ma part et même si je sais que la tendance encore une fois est à l’usage des montres GPS sans ceinture, je trouve dommage de s’en priver car la FC est un indicateur très utile (travail en zone FC par exemple et pour moi, c’est un indicateur de fatigue aussi…). Enfin, c’est la marque de fabrique de Polar dont la précision des mesures FC n’est plus à faire.

532957_709729802458707_3047196084550488973_n

A lire également sur le même sujet :

Jean-Pierre sur Run Reporter Run « Initiation ski de fond avec Polar M400 »

Justine sur Trucs de nana « J’ai testé le ski de fond »

Anne-Laure sur Babaorun « Test pas geek de 7 montres GPS »

Juliette sur femesactuelles.fr « Test polar M400 »

Remerciements :

Polar et son équipe de choc !

BernasCOM pour l’organisation parfaite. 

3 thoughts on “Polar vise juste

  1. Tout compte fait la neige était bien là, et le soleil aussi. Voila un beau week end nature. Autrans en pleine « foulée blanche » vous aurait apparue bien différente. C’etait certainement plus authentique ainsi😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s