Quantified -self, le sport connecté et nous…

Lorsque Polar a mis sur le marché sa première montre cardiofréquencemètre, le Sport tester PE2000 (1ère montre sans fil), il y a plus de 30 ans, nous étions encore loin d’imaginer ce que le marché de la mesure personnelle allait devenir. De façon progressive, nous avons adopté l’idée de mesurer nos pulsations à l’effort, puis de mesurer notre cadence, etc.

Ces 3 dernières années, l’explosion du « sport connecté » et de la santé mobile avec une démultiplication des apps, logiciels et objets connectés en tout genre constitue une vraie révolution technologique. Nous nous équipons de montres, bracelets, balances, capteurs de toutes sortes à tel point que nous disposons d’une mine d’informations : mais que faire de toutes ces mesures personnelles que nous prenons de plus en plus quotidiennement ?

Les industriels y trouvent un intérêt évident car toutes ces « data » dès lors qu’elles sont partagées sur les réseaux sociaux (FB, Twitter …) ou des plateformes communautaires (polarflow, Strava, movescount …), apportent de précieuses informations qui peuvent être exploitées sur le plan marketing. On pourrait même imaginer que si la rigueur des mesures est bonne et méthodologiquement reproductible, on dispose là de fabuleuses cohortes dans la vraie vie

FullSizeRenderMais nous dans tout ça, on en fait quoi de nos data ?

Selon moi, la technologie a pour vocation de nous éclairer, de nous aider … et de libérer du temps. Ce temps si précieux dont nous manquons en quasi permanence. Avec les objets connectés que j’utilise à l’entraînement (montre cardio GPS), j’ai appris à oberver pendant l’effort certains paramètres : ma FC, ma vitesse de travail, ma géolocalisation. Après l’effort, j’analyse, je compare et j’essaie de comprendre les évolutions afin d’en tirer des enseignements. Cela me prend en moyenne 1h30 maximum par semaine.

En dehors de toute activité physique, je surveille mon poids avec une balance classique FullSizeRender(1)pour contrôler les variations car il y a deux ans, j’ai constaté que mon poids était très irrégulier (sans doute le résultat de mon hygiène de vie/mon job) et cela peut se corriger. Plus récemment, j’ai testé une balance Tanita dotée d’un analyseur de composition corporelle « BC-601 » qui me permet d’obtenir plus d’indications sur mon corps et l’impact du running :poids, % de graisse corporelle, masse musculaire, apport quotidien nécessaire en calories, % d’eau corporelle totale, masse musculaire en kg, ou encore mon âge métabolique (il paraît que j’ai 28 ans !) et ce n’est pas exaustif.

J’avoue ne pas encore avoir trouver le juste usage de toutes ces informations mais je pense que c’est l’expérience produit qui permet parfois d’en découvrir l’intérêt donc pour l’heure, je capture et je constate mais je n’en suis pas encore à la phase réflexion/réaction.

Avec la technologie et en particulier les objets connectés, je pense que c’est à chacun de nous de définir son besoin de mesures, l’utilisation et la fréquence qui convient. Les études consommateurs montrent à ce sujet combien nous sommes partagés et ambigus sur notre rapport et usage des technologies…

Et au-delà des objets connectés ?

Difficile de dire quel sera le futur de ce marché en pleine explosion mais il a indubitablement de l’avenir ; un article des Echos daté de juillet 2014 évoque un potentiel de 500 millions d’euros en 2016 …

Pour autant, il doit y avoir une réflexion de fond sur le sujet et les acteurs du marché doivent se positionner et engager le dialogue avec leurs consommateurs. Ce débat ne peut pas être qu’un débat entre experts du secteur mais s’ouvrir et c’est déjà le cas. Je crois très fortement que la capacité des marques à aller plus loin que la réponse produit est un facteur de succès, de fidélisation des clients et de longévité dans le temps alors c’est maintenant ! Pour cela, il faut nous aider à comprendre, analyser et utiliser de façon simple toutes les données que nous collectons. Je suis très surpris de constater qu’un grand nombre de personnes (et j’en fait partie)  n’utilisent souvent que 30-40% du potentiel de leur outil connectés !

********

Pour trouver des repères dans le maquis des offres d’apps et objets connectés :

Site dmdpost qui propose un guide et des tests produits dans le domaine de la santé/activité physique

Pour aller plus loin dans la lecture et les réflexions :

Think Tank Objets Connectés & Intelligents

Etude IFOP Observatoire des objets connectés (nov. 2014)

Withings Health Institute

 

 

One thought on “Quantified -self, le sport connecté et nous…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s