Ma fédé va craquer…

VGANe nous fâchons pas ! Le débat qui enfle sur les réseaux sociaux (mais pas que) est l’expression de la passion qui nous anime pour la course à pied. Mais c’est d’abord le témoin de la difficulté majeure qu’une structure fédérale qui porte l’athlé depuis des décennies peut avoir à évoluer et à faire bouger ses troupes. Nous polarisons le débat sur le prix des inscriptions demain et notre liberté de courir mais pour connaître ma fédé de l’intérieur (modestement), ce débat-là ressemble à s’y méprendre à un mauvais tacle entre joueurs de la même équipe…

Oui, ma fédé a tardé à répondre et à clarifier sa position et comme toujours dans un cas pareil, sa volonté de rassurer est moins audible. Mais d’ailleurs, doit-elle se justifier de tout car oui, il se passe quelque chose de fabuleux en CAP qui attise les convoitises de toutes parts mais est-ce choquant ?! Tous autant que nous sommes, marques, journalistes, coach, blogueurs…clubs, nous profitons de ce développement alors pourquoi s’indigner lorsqu’il s’agit de la Fédération Française d’Athlétisme ?

J’ai la chance de courir depuis l’âge de 12 ans, à la maison, il y avait des « Spiridon » sur le canapé, et dans la chambre que je partageais avec mes frères des « Athérama ». A l’époque, comme l’a rappelé Eric Lacroix ce matin, c’était déjà chaud et on discutait autant qu’on ne courait. Mais il n’y avait pas facebook…

Alors les débats peuvent continuer du moment qu’on ne se trompe pas de combat et surtout qu’on n’oublie personne. La FFA s’interroge sur la meilleure façon d’accompagner le mouvement actuel de la CAP et les services qui pourront légitimer de proposer plus de licences : et les CLUBs dans tout ça ?!

Pour avoir à la fois un peu pied sur les sentiers (de la liberté) et un dans un club FFA ou je suis bénévole (de cœur), je crois pouvoir dire que c’est là que tout peut changer pour la FFA. En 1ère ligne au quotidien et le WE, les clubs voient aujourd’hui venir des personnes qui pratiquent seules par commodité professionnelle, par manque de temps personnel, par envie tout simplement mais elles viennent car recherchent autre chose justement : de bons conseils, des horaires adaptés (très tôt, très tard !)… et finalement un lien social car courir seul c’est bien mais pas trop quand même (je peux témoigner).

Face à cette demande « polymorphe », et je n’ai même pas évoqué les différentes pratiques souhaitées (loisir, marche nordique, croisé…), beaucoup de clubs hésitent à s’adapter, peinent à le faire par manque de ressources (les bénévoles) et ne nous voilons pas la face : certains clubs sont réfractaires au changement – Athlé = cross + piste un point c’est tout !

Alors je crois qu’on peut réussir à rassembler toutes nos pratiques, partager nos plans et créer de nouvelles activités à la condition d’aider les clubs à réaliser cette mutation : le club de demain aura peut-être une activité classique et une plus virtuelle, avec des adhérents qui aiment la compétition, d’autres qui s’entraîne « hors-stade », il y en aura qui courent et certains qui marchent et il y en aura peut-être qui feront même les deux ! Je pense que tous auront besoin de conseils, d’un contact humain, d’une licence adaptée et le tarif suivra la même logique d’ailleurs. C’est compliqué ça ?!

Oui, en fait, c’est plus compliqué que de faire la révolution et d’appeler au boycott sur FB car cela va demander du temps humain et pour les clubs, cela porte un nom magique : le bénévole.

Sans lui, je n’aurais peut-être pas découvert ce truc de malades qu’est la course à pied alors ma fédé va peut-être craquer mais ce sera peut-être moins sous le poids des critiques virtuelles que par manque de bénévoles dans les clubs.

Nous sommes un petit nombre à avoir trouvé du temps pour partager notre point de vue depuis le WE dernier, 2h00 de ce temps dans un club = une séance d’entraînement en tant qu’animateur bénévole par exemple …ou juste être accompagnateur pour les jeunes.

Voilà, moi, je sais ce que je fais ce week-end et le débat lui, attendra sa fin…

2 thoughts on “Ma fédé va craquer…

  1. Il y a un de débat du même ordre qui se fait au Québec avec la fédération d’athlétisme et les organisateurs de course sur route. L’année dernière, certains ont critiqué le marathon de Québec qui ne payait pas la fédération alors que cette dernière ne faisait rien pour le marathon.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s