Libre de courir et pourtant…


image-2

J’avais à peu prêt 7 ans lorsqu’un lundi soir, l’Entraîneur est venu frapper à la porte de l’appartement. Pascal, mon frère aîné avait participé la veille à Fontenay aux Roses à une course sur route en minimes (14 ans) et il avait gagné. Pas terrible pour rester discret !!

UNE FÉDÉ DE COCOS !

C’est l’époque où le frangin gagnait tout ce qu’il courait, sans partage (surtout en cross-country) et s’entraînait à Louvres (95), un tout petit club membre de la FSGT (Fédération sportive et gymnique du travail), une fédé proche du Parti Communiste Français. Et ouais… à la maison, le débat faisait rage sur le fait de changer Pascal de club pour rejoindre le circuit FFA, le « vrai » circuit compétitif. Je vous laisse imaginer les repas de famille où notre frère aîné à tous Jacky, chambrait les parents de laisser Pascal courir dans une sous-fédé coco !!

LE BITUME VA LUI CASSER LES JAMBES…

En plus, l’entraîneur était contre la route car « on y attrapait toutes sortes de blessures qui allaient stopper la carrière du frérot.. ». Ce soir-là, il était furax que Papa l’ait embrouillé, ça gueulait sur le palier de la porte et derrière, Jacky en rajoutait des tonnes en balançant des pics. Les parents avaient la tête d’un gosse qui s’est fait attraper la main dans le sac, c’était drôle quand même mais je ne comprenais pas tout moi « pourquoi l’entraîneur de course à pied interdisait à Pascal de courir ?!?! »

SPIRIDON, RAYMONDE…ET NYC ÉPINGLÉS !

Nous étions 3 puis très vite 2 frères à partager la même chambre. Pascal était le plus grand donc il faisait sa loi et décidait de la déco. C’est comme cela que j’ai grandi avec les couvs de Spiridon épinglées au mur, le poster de Raymonde en icône américaine à New Yorkle tout premier poster de Nike : une photo de l’arrivée du NYC Marathon.

Certains disent que leur histoire à commencé dans un garage… moi c’est dans une chambre, parmi les coupes et les médailles🙂

5473709908_b689832ece

Le film FREE TO RUN sort aujourd’hui, 13 avril, magnifique, engagé comme on a parfois tendance à l’oublier ou simplement à ne pas le savoir mais on vient tous un peu de là. Ne loupez pas ce documentaire, il est beau, inspirant et cultivant. Il sort alors que le marché du running se féminise et franchement, vous ressortirez de la projection en pensant que les femmes (re)viennent de loin. D’ailleurs, je pense que c’est juste pour ça qu’elles ont mis un peu plus de temps à nous rejoindre. Bonne journée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s