Test Compex Energy : le rapport bénéfice-coût

J’ai achevé ce week-end un test long de quatre mois du Compex modèle Energy. Je dois dire que j’aurais bien conservé ce petit appareil car je m’y suis habitué.

En fait, mon test a porté uniquement sur les programmes de récupération et de traitement anti-douleur car reprenant l’entraînement depuis peu, je ne voyais pas d’intérêt à l’utiliser pour me muscler alors que je dois déjà me refaire une condition physique (ce qui est un avis personnel). J’avais songé tester la fonction gainage abdominal puis j’ai laissé tombé car je ne pouvais pas non plus me brancher 24h/24h !!!

Les fonctions testées ont donc été : récupération active (module sport), décontracturant et douleurs aiguës (module santé).

Bien récupérer musculairement

J’ai utilisé chacun de ces programmes plusieurs fois par semaines (sauf le douleur aiguë) en complément de mes entraînements, après de "grosses séances de fractionné" pour la récupération active et dans les cas de tensions musculaires suivant les entraînements où je ressentais des douleurs musculaires. Mon évaluation est positive car j’ai pu constaté que les séances, pratiquées ainsi régulièrement, me permettait de maintenir mon planning de préparation sans que les courbatures ou douleurs ne s’installent. La sensation de bien-être est d’ailleurs perceptible sur les muscles ciblés à la fin des séances.

J’ai également pu constaté les bienfaits de l’appareil dans le cadre de ma récupération post trail du Ventoux – même pas mal ;-)

Bien entendu, j’ai maintenu de la même manière mon hygiène de vie en période de préparation physique : étirements, bonne hydratation, sommeil adapté (tant que faire ce peut !).

Traiter les douleurs aiguës

Initialement, je n’avais pas prévu de tester cette fonction jusqu’à ce que je me retrouve à la veille de mes congés de sports d’hivers avec une vilaine douleur aux cervicales et paf ! le cou bloqué… Comme je refuse de prendre des décontractants musculaires, ces tensions récurrentes durent en générales quelques jours. Avec cette fonction "anti-tens" à visée antalgique, j’ai réussi, à base de 3 séances par jour de 20 mn pendant 3 jours, à diminuer la douleur au point de pouvoir skier sans difficultés…j’étais plutôt très satisfait :-)

Quelle intensité  utiliser ?

J’ai progressé lentement dans les intensités (impulsions électriques exprimées en milliAmpères) , commençant par des intensités de 50 max pour finir ces dernières semaines à 130 en moyenne pour la récupération active. Il est indiqué que la bonne impulsion est celle qui est tolérée et qu’il faut essayer de choisir l’intensité la plus élevée possible pour une efficacité optimale ; c’est ce que j’ai essayé d’appliquer. J’étais un peu perdu au départ et sur ce point, j’ai peu tâtonné.

So what ?

Difficile de dresser un tableau complet puisque je n’ai testé qu’une partie des programmes et cet appareil est très prisé pour ces fonctions de développement de la force, force explosive, etc. Pour ma part, je recherchais tout autre chose et je l’ai trouvé. La question que je me pose aujourd’hui est de pouvoir évaluer de façon rationnelle le bénéfice d’un tel investissement (en moyenne 350 € pour ce modèle sur Internet) sur la prévention des douleurs et blessures qui apparaissent régulièrement dans le cadre de la préparation à la compétition. A vrai dire, le seul moyen de répondre à la question est de passer à l’acte et de continuer à valider mes premières bonnes impressions…

Il existe d’autres modèles plus élaborés, plus spécifiques tels que le Runner mais n’ayant déjà utilisé qu’un petit pourcentage des capacités du modèle Energy, celui-ci me semble suffisant à ce stade.

Conseil aux testeurs et nouveaux utilisateurs : l’appareil est fourni avec un guide papier qui est très peu précis, au regard de la mine d’informations disponibles sur le site Internet Compex, en particulier, le planificateur d’entraînement ici. Toutes les informations techniques utiles à la compréhension et au bon usage des produits Compex sont sur Internet, le guide papier est vraiment juste une aide pour la prise en main. D’ailleurs, Compex gagnerait à le valoriser plus dans ses packs car j’ai trouvé qu’il n’était pas évident de s’y retrouver au départ, lorsqu’on est étranger à l’électrostimulation.

Lexel à également testé Compex, ainsi que Greg.